PUBLICITÉ

L'UE dévoile un programme d'aide d'un milliard d'euros pour le Liban afin de freiner les flux de réfugiés

Le Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati accueille le président chypriote Nikos Christodoulides et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne
Le Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati accueille le président chypriote Nikos Christodoulides et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne Tous droits réservés Hassan Ammar/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Hassan Ammar/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Mared Gwyn JonesSomaya Aqad,
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Union européenne fournira une aide financière d'un milliard d'euros au Liban sur trois ans afin de soutenir l'économie du pays et d'empêcher une augmentation du nombre de réfugiés quittant le pays pour l'Europe.

PUBLICITÉ

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé cette décision jeudi matin à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati et le président chypriote Nikos Christodoulides à Beyrouth, la capitale du Liban.

L'argent aidera le Liban à renforcer les services de base tels que l'éducation, la protection sociale et la santé, et à stimuler les réformes économiques dans le pays en crise, a déclaré von der Leyen.

L'enveloppe financière est également conçue pour aider le Liban à relever les défis auxquels il est confronté en matière d'accueil de réfugiés syriens.

« Nous comprenons les défis auxquels le Liban est confronté lorsqu'il s'agit d'accueillir des réfugiés syriens et d'autres personnes déplacées. Il est vital de garantir le bien-être des communautés d'accueil et des réfugiés syriens », a déclaré von der Leyen.

Le chef de la Commission s'est également engagé à « examiner comment rendre l'aide de l'UE plus efficace », notamment en facilitant une « approche plus structurée des retours volontaires » des Syriens déplacés.

"Engagement plus profond" avec le Liban, inquiétudes à Chypre

Cette dernière déclaration intervient après que les dirigeants de l'UE ont pris un engagement plus profond avec Beyrouth le mois dernier afin de l'aider à se protéger des répercussions du conflit au Moyen-Orient, et après que Chypre a tiré la sonnette d'alarme face à une forte hausse du nombre de réfugiés syriens arrivant du Liban.

Il fait également suite à une série d'accords signés l'année dernière entre Bruxelles et des pays africains dans le but d'endiguer la migration vers l'Europe.

L'aggravation de la crise économique et la fragilité du gouvernement rendent le Liban particulièrement vulnérable à l'instabilité qui sévit dans la région à la suite de la guerre entre Israël et le Hamas.

Le pays accueille quelque 210 000 réfugiés palestiniens et 1,5 million de réfugiés syriens, ce qui fait craindre que l'instabilité régionale déclenche une vague de départ vers l'Europe via l'île de Chypre.

Début avril, Chypre a annoncé qu'elle interromprait temporairement le traitement des demandes d'asile en raison de l'afflux de réfugiés syriens transitant par le Liban et tentant de rejoindre l'île, située à seulement 260 km des côtes libanaises, dans la mer Méditerranée.

Le président Nikos Christodoulides a exhorté les dirigeants de l'UE à envisager de réévaluer les « zones de sécurité » en Syrie afin de faciliter le retour des migrants et des réfugiés.

« Les problèmes constatés à la frontière chypriote ne sont qu'un exemple de ce qui pourrait arriver si ce problème n'est pas résolu », a reconnu jeudi le Premier ministre libanais par intérim Najib Mikati, remerciant Nikos Christodoulides d'avoir négocié l'accord.

Sur cette aide d’1 milliard d’euros, la somme de 730 millions d'euros sera consacrée aux groupes vulnérables installés au Liban. Le reste de l’enveloppe sera dédié à la lutte contre les passeurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Chypre, l'arrivée massive de migrants syriens inquiète les autorités

Au Liban, les affrontements continuent dans le principal camp de réfugiés palestiniens

L’appel lancé de Bruxelles contre la corruption au Liban