EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Perdus en mer en jet-ski, deux vacanciers franco-marocains tués par des garde-côtes algériens

Drapeaux algériens et marocains le long de la frontière fermée avec le Maroc, dans la ville de Marsa Ben M'Hid, Algérie.
Drapeaux algériens et marocains le long de la frontière fermée avec le Maroc, dans la ville de Marsa Ben M'Hid, Algérie. Tous droits réservés STR/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés STR/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux Franco-marocains ont été tués mardi par des garde-côtes dans l’espace maritime algérien, après s’être perdus en mer à bord de leurs jet-skis.

PUBLICITÉ

Le parquet marocain a ouvert une enquête sur les "circonstances du décès" de deux hommes, dont un vacancier franco-marocain, tués mardi 29 août, a annoncé un média marocain vendredi. Ils ont été abattus par des tirs des garde-côtes algériens dans une zone frontalière, selon le récit d'un témoin cité par la presse marocaine. Le Franco-Marocain Bilal Kissi était parti en jet-ski de la plage de Saïdia (nord-est), à la frontière avec l'Algérie, avec son frère Mohamed, qui a pu regagner Saïdia et témoigner.

Leur cousin Abdelali Mechouar, un ressortissant marocain, a également été abattu, selon les médias marocains. Smaïl Snabé, un ami présenté comme un Franco-Marocain, était également présent. Les quatre jeunes gens étaient chacun sur un jet-ski. "Nous nous sommes égarés. Nous manquions d’essence pour les jet-skis et nous dérivions. Dans le noir, nous nous sommes retrouvés dans les eaux algériennes", raconte au média Le360 Mohamed Kissi, le frère de Bilal.

"Un Zodiac noir algérien est venu vers nous et a commencé à zigzaguer comme s'ils voulaient nous renverser", poursuit le témoin, interrogé par le média Al Omk. Les occupants du bateau "ont tiré sur nous. Ils ont tué mon frère et mon ami. Ils ont arrêté mon autre ami", a-t-il dit.

Le Quai d'Orsay confirme la mort d'un Français

Bilal Kissi a été enterré jeudi en présence de dizaines de proches dans le village de Bni Drar, près d'Oujda, une ville limitrophe de l'Algérie, selon des images obtenues par l'AFP. Le corps d'Abdelali Mechouar, tué aux côtés de Bilal Kissi, se trouve encore côté algérien, selon les médias marocains, qui ont précisé que Smaïl Snabé avait pour sa part été blessé et interpellé par les autorités algériennes.

"On a enterré un frère et on veut récupérer le cadavre d'Abdelali, c'est notre cousin", a déclaré un autre cousin de Bilal Kissi, dans une vidéo diffusée par Al Omk. Selon lui, "ces jeunes n'avaient ni de la drogue, ni n'ont volé quoi que ce soit, ils sont en règle. Ils étaient venus passer des vacances en famille" dans cette station balnéaire connue pour sa longue plage et ses activités nautiques. Ils travaillaient en France. Une des victimes "a laissé deux enfants, l'autre une fille", a-t-il dit.

Le ministère des Affaires étrangères français a, de son côté, confirmé la mort d'un Français et "l'incarcération d'un autre compatriote en Algérie dans un incident impliquant plusieurs de nos ressortissants (...) Le parquet a été avisé. Il appartiendra à la justice de faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame". Aucune information officielle n'a été communiquée pour l'instant par Rabat, ni Alger.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Soleil et prix bas : des retraités français font le choix de passer l'hiver au Maroc

Deux touristes franco-marocains tués par balle au large des côtes algériennes

Tourisme de masse en Espagne : les îles Baléares happées vers le fond ?