EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Joe Biden en route pour le sommet du G20, avant une visite au Vietnam

Le président américain Joe Biden à la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland, le jeudi 7 septembre 2023.
Le président américain Joe Biden à la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland, le jeudi 7 septembre 2023. Tous droits réservés AP Photo/Evan Vucci
Tous droits réservés AP Photo/Evan Vucci
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le sommet du G20 à New Dehli sera marqué par les absences des présidents russe, Vladimir Poutine, et chinois, Xi Jinping.

PUBLICITÉ

Après un dernier test négatif au Covid, Joe Biden s’est envolé pour New Dehli où se tient ce week-end le sommet du G20. L’épouse du président américain, Jill Biden, avait été testée positive en début de semaine.

Ce sommet sera marqué par les absences des présidents russe, Vladimir Poutine, et chinois, Xi Jinping.

Neuf pays ont été invités : le Bangladesh, l'Égypte, Maurice, le Nigeria, les Pays-Bas, Oman, Singapour, l'Espagne et les Émirats arabes unis.

Le changement climatique et les conséquences de l’invasion russe de l’Ukraine font partie des thèmes qui seront abordés.

Visite au Vietnam

La rivalité avec la Chine sur le devant de la scène, les droits humains en coulisse, ou tout du moins en arrière-plan: le président américain Joe Biden se rend également dimanche au Vietnam avec l'intention de franchir encore un palier dans la relation bilatérale.

Les experts s'attendent à ce que les Etats-Unis et le Vietnam concluent un "partenariat stratégique étendu", le plus haut degré de proximité diplomatique établi par Hanoï.

Jusqu'ici, le Vietnam n'a lié un tel partenariat qu'avec la Russie, l'Inde, la Corée du Sud, et la Chine.

Et c'est bien la Chine que Joe Biden a en tête avec cette visite, lui qui mène une intense activité diplomatique en Asie afin de tenir tête à la deuxième puissance mondiale.

Le Vietnam "a toujours dit ne pas prendre parti, ne pas choisir les Etats-Unis contre la Chine. Les Américains le savent très bien", note Nguyen Quoc Cuong, ancien ambassadeur du Vietnam aux Etats-Unis (2011-2014).

Le président américain fait néanmoins le pari que le Vietnam n'est pas fâché de se rapprocher un peu de Washington, à l'heure où les revendications de Pékin en mer de Chine méridionale sont une source quasi permanente de tensions pour la région.

Joe Biden, en campagne pour sa réélection, pense aussi en termes économiques. Il veut établir des circuits industriels mondiaux moins dépendants de la Chine et pour cela, il a besoin du Vietnam, lequel est en quête de partenaires et de capitaux afin de monter en gamme sur le plan technologique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des manœuvres militaires lancées par la Chine autour de Taïwan à titre de "mise en garde"

Biden limite les investissements américains dans les technologies en Chine

Devant son "ami" Vladimir Poutine, Narendra Modi plaide pour la paix en Ukraine