PUBLICITÉ

Des manœuvres militaires lancées par la Chine autour de Taïwan à titre de "mise en garde"

Un navire de la Force navale chinoise participe à l'opération "Joint Sword" autour de Taïwan, le 8 avril 2023.
Un navire de la Force navale chinoise participe à l'opération "Joint Sword" autour de Taïwan, le 8 avril 2023. Tous droits réservés CCTV via AP
Tous droits réservés CCTV via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des manœuvres militaires ont été lancées samedi par la Chine autour de Taïwan. Elles interviennent après une escale aux États-Unis du vice-président de l'île et favori pour l'élection présidentielle de l'année prochaine, William Lai.

PUBLICITÉ

La Chine a lancé, samedi 19 août, des manœuvres militaires autour de Taïwan à titre de "sévère mise en garde", selon les médias d'État, après avoir protesté contre une escale aux États-Unis du vice-président de l'île, William Lai.

Favori de l'élection présidentielle taïwanaise de l'année prochaine et fervent opposant aux revendications de Pékin sur l'île, ce dernier est rentré vendredi d'un voyage au Paraguay au cours duquel il s'est arrêté à New York et à San Francisco.

Favori de l'élection présidentielle taïwanaise de l'année prochaine et fervent opposant aux revendications de Pékin sur l'île, ce dernier est rentré vendredi d'un voyage au Paraguay au cours duquel il s'est arrêté à New York et à San Francisco.

La Chine a réagi avec colère à ces escales américaines et a réaffirmé samedi que William Lai était un "fauteur de troubles", promettant de "sévères mises en garde à la collusion des séparatistes 'indépendantistes de Taïwan' avec des éléments étrangers et à leurs provocations".

"Le commandement de la zone est de l'Armée populaire de libération chinoise a lancé samedi des patrouilles aériennes et maritimes conjointes et des exercices militaires de la marine et de l'armée de l'air autour de l'île de Taïwan", a écrit l'agence officielle Chine nouvelle, citant le porte-parole de l'armée Shi Yi.

"Comportement irrationnel et provocateur"

Taïwan a déclaré avoir détecté 42 incursions d'avions militaires chinois dans sa zone de défense aérienne "depuis 9 h (1 h GMT)" samedi, ajoutant que huit navires chinois ont également participé aux manœuvres. Parmi ces incursions, 26 avions de guerre ont franchi la ligne médiane du détroit de Taïwan, a précisé dans un communiqué le ministère de la Défense de l'île.

Selon Chine nouvelle, ces manœuvres sont destinées à tester la capacité des navires et avions chinois "à prendre le contrôle des espaces aériens et maritimes" et à combattre "dans des conditions réelles".

Taïwan a fermement condamné "ce comportement irrationnel et provocateur" et a promis d'envoyer "les forces appropriées pour y répondre (...) afin de défendre la liberté, la démocratie et la souveraineté de Taïwan".

Taïwan a fermement condamné "ce comportement irrationnel et provocateur" et a promis d'envoyer "les forces appropriées pour y répondre (...) afin de défendre la liberté, la démocratie et la souveraineté de Taïwan".

"Le fait de mener un exercice militaire (...) sous un faux prétexte non seulement ne contribue pas à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan, mais met également en évidence la mentalité militariste (chinoise) et confirme la nature hégémonique de son expansion militaire", a déclaré le ministère de la Défense nationale de l'île dans un communiqué.

"Fauteur de troubles"

Washington avait appelé au calme à propos du voyage de William Lai, qui, selon les autorités taïwanaises, ne faisait que "transiter" par le sol américain avant de se rendre au Paraguay pour assister à l'investiture du président élu Santiago Peña.

Mais samedi, un fonctionnaire du bureau du Parti communiste chinois en charge des questions relatives à Taïwan a "fermement condamné" le voyage de William Lai, le qualifiant de "nouvelle provocation" en vue de "renforcer la collusion avec les États-Unis", selon Chine nouvelle.

"La dernière 'escale' de M. Lai (...) était un camouflage qu'il a utilisé pour vendre les intérêts de Taïwan afin d'obtenir des gains dans les élections locales par le biais de manœuvres malhonnêtes", a déclaré le fonctionnaire, selon le même article. "Les actes de M. Lai ont prouvé qu'il est un réel fauteur de troubles qui poussera Taïwan au bord de la guerre et causera de graves problèmes aux compatriotes taïwanais", poursuit le communiqué.

La Chine s'oppose à tout contact officiel entre les pays occidentaux et Taïwan, qu'elle considère comme une de ses provinces.

William Lai a reçu l'investiture du Parti démocratique progressiste (DPP) pour briguer la présidence en 2024 et succéder à la présidente Tsai Ing-wen, dont le second mandat s'achèvera alors.

Les relations entre Pékin et Taipei se sont envenimées en 2016 avec l'arrivée à la présidence de Tsai Ing-wen, Pékin intensifiant ces dernières années les pressions politiques et militaires sur l'archipel. Des avions militaires font ainsi régulièrement des incursions dans la zone d'identification de défense aérienne (Adiz) de Taïwan.

L'Adiz, à ne pas confondre avec l'espace aérien d'un pays, englobe une zone beaucoup plus large dans laquelle tout appareil étranger est censé s'annoncer aux autorités aériennes locales. L'Adiz de Taïwan chevauche une partie de celle de la Chine et inclut même une portion du continent.

En avril, alors que Tsai Ing-wen rencontrait le président américain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, la Chine avait organisé trois jours d'exercices militaires simulant un blocus de Taïwan.

PUBLICITÉ

Les exercices militaires chinois autour de Taïwan durant une année électorale ont par le passé été considérés comme favorables aux candidats du parti de William Lai, largement considéré comme pro-Washington.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réactions internationales après la victoire de Lai Ching-Te à l'élection présidentielle de Taïwan

Joe Biden en route pour le sommet du G20, avant une visite au Vietnam

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine