EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le Conseil d'État valide l'interdiction de l'abaya à l'école au nom de son caractère religieux

L'aspect religieux ou non de l'abaya est au coeur des débats.
L'aspect religieux ou non de l'abaya est au coeur des débats. Tous droits réservés DENIS CHARLET/AFP or licensors
Tous droits réservés DENIS CHARLET/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Conseil d'État a validé l'interdiction de cette longue robe couvrante, porteuse selon lui d'une "logique d'affirmation religieuse" prohibée dans les établissements scolaires.

PUBLICITÉ

Saisi en urgence, le juge a rejeté le recours de l'association Action droits des musulmans (ADM), qui demandait la suspension de cette interdiction au nom d'un risque de discrimination et d'atteinte aux droits.

Pour le Conseil d'Etat, cette interdiction "ne porte pas une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la vie privée, à la liberté de culte, au droit à l'éducation et au respect de l'intérêt supérieur de l'enfant ou au principe de non-discrimination".

Le juge a en effet estimé que le port à l'école de l'abaya ou du qamis (son équivalent masculin) s'inscrivait "dans une logique d'affirmation religieuse, ainsi que cela ressort notamment des propos tenus au cours des dialogues engagés avec les élèves".

Or "la loi interdit, dans l'enceinte des établissements scolaires publics, le port par les élèves de signes ou tenues manifestant de façon ostensible, soit par eux-mêmes, soit en raison du comportement de l'élève, une appartenance à une religion", rappelle la juridiction.

"Pauvreté de la motivation"

Le ministre de l'Éducation nationale Gabriel Attal, à l'origine de cette interdiction, a aussitôt salué sur X (ex-Twitter) "une décision importante pour l'École de la République", laquelle doit "accueillir tous les élèves, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, sans discrimination ni stigmatisation".

A l'inverse, l'avocat de l'ADM Vincent Brengarth a déploré "la pauvreté de la motivation" de la décision, estimant que le juge n'avait "absolument pas pris en considération les témoignages" et nié la "dimension traditionnelle" de l'abaya.

De son côté l'association s'est dite "consternée" que le Conseil d'Etat n'ait pas "rempli son rôle de protection des libertés fondamentales des enfants", et "profondément inquiète des conséquences que cette décision pourrait avoir sur des jeunes filles, qui risquent de subir quotidiennement des discriminations fondées sur leur apparence ethnique et religieuse".

Lors de l'audience, mardi, la présidente de l'association ADM, Sihem Zine, avait déjà alerté sur une interdiction "sexiste" et affirmé que "ce sont les Arabes qui sont visés".

Cette question de l'aspect religieux ou non de l'abaya avait dominé les débats, les plaignants parlant de vêtement traditionnel et dans certains cas d'"effet de mode". Mais pour le ministère de l'Education nationale ce vêtement "fait immédiatement reconnaître celui qui le porte comme appartenant à la religion musulmane".

"Deux poids, deux mesures"

Le juge des référés a donc suivi le ministère, en soulignant que le port de l'abaya avait "donné lieu à un nombre de signalements en forte augmentation au cours de l'année scolaire 2022-2023".

Dans un communiqué, le Conseil français du Culte musulman (CFCM) a "pris connaissance" de cette décision. Mais il a alerté sur certains "comportements intolérables de la part de quelques membres du corps éducatif", qui auraient refoulé des élèves portant "un kimono ou une simple chemise et un pantalon amples", car elles étaient considérées comme "prétendument musulmanes", alors que "ces mêmes vêtements auraient été autorisés à leurs camarades supposées 'non musulmanes'".

"Cette situation absurde de discrimination et de 'deux poids deux mesures', si elle se confirme, est une atteinte grave aux principes et aux valeurs de la République", s'est indigné le CFCM.

Lundi, quelque 300 élèves, sur les 12 millions ayant fait leur rentrée cette semaine, se sont présentées en abaya devant leur établissement, et 67 d'entre elles ont refusé de la retirer, selon le ministre de l'Education.

Dans son message sur les réseaux sociaux, Gabriel Attal a exhorté : "Cette clarification étant faite, concentrons-nous sur les autres grands défis que doit relever notre école: lutte contre le harcèlement, élévation du niveau général, attractivité du métier d'enseignant, restauration de l'autorité des savoirs".

Sur ce sujet explosif et qui a pris une grande place médiatique au moment de la rentrée scolaire, le débat politique s'est vite enflammé, divisant à gauche.

Le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a appelé de son côté, dans une directive diffusée mardi, à "une réponse pénale très réactive" en cas de manquement au principe de laïcité dans les écoles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'uniforme bientôt obligatoire pour les écoliers français ?

Le gouvernement français interdit l'abaya à l'école au nom de la laïcité

Législatives 2024 : Jordan Bardella veut que la France reste dans l'OTAN