EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Italie durcit sa législation contre les migrants en situation irrégulière

Ursula von der Leyen et Giorgia Meloni.
Ursula von der Leyen et Giorgia Meloni. Tous droits réservés Cecilia Fabiano/LaPresse
Tous droits réservés Cecilia Fabiano/LaPresse
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Tout en réclamant toujours plus de solidarité des Européens, le gouvernement italien va renforcer sa législation pour tenter de dissuader les arrivées massives de migrants.

PUBLICITÉ

Un nouveau tour de vis législatif en Italie pour tenter de dissuader les migrants de traversée la Méditerranée. Le gouvernement de Giorgia Meloni a approuvé ce lundi de nouvelles mesures pour endiguer les arrivées de migrants, notamment en créant davantage de centres de rétention et en augmentant la durée de rétention pour les migrants déboutés afin de dissuader les départs d'Afrique du Nord.

Une hausse brutale des arrivées sur la petite île italienne de Lampedusa, où quelque 8 500 migrants ont débarqué en trois jours la semaine dernière, a contraint le gouvernement d'extrême droite à entrer en mode de gestion de crise.

La Première ministre Giorgia Meloni a promis dimanche que son gouvernement procèderait se montrerait plus ferme, notamment en allongeant la durée maximale de rétention des immigrés en situation irrégulière de 135 jours à 18 mois.

"Cela signifie - et j'envoie ce message très clair à toute l'Afrique - que si vous vous en remettez à des trafiquants pour violer la législation italienne, quand vous arrivez en Italie vous devez savoir que vous serez arrêtés et ensuite rapatriés", a-t-elle affirmé.

La hausse de la durée de rétention a été approuvée lundi en conseil des ministres, selon une source gouvernementale à l'AFP. Elle devra maintenant être votée au parlement.

Cette réforme permettra également d'éviter que les autorités italiennes soient légalement contraintes de relâcher des étrangers frappés d'une décision de reconduite à la frontière au cas où la procédure d'expulsion n'ait pas abouti dans le délai actuellement imparti de 135 jours.

Après avoir débarqué en Italie, la grande majorité des migrants sont envoyés dans des centres d'accueil répartis dans tout le pays où ils séjournent en attendant la décision sur leur requête d'asile.

Les migrants en instance d'expulsion sont, eux, envoyés dans des centres de rétention pour étrangers en situation irrégulière, au nombre de neuf dans la péninsule, notamment à Bari (sud), Rome (centre) et Milan (nord).

La période maximale de rétention était de 18 mois en Italie de 2011 à 2014, puis elle a été réduite par le gouvernement de gauche dirigé par Matteo Renzi.

Cette mesure aura-t-elle un impact?"Je ne crois pas que cela sera très dissuasif et suffira à convaincre des personnes fuyant des situations bien pires que celles qui se présentent à elles ici", a estimé Alfonso Giordano, spécialiste des migrations et professeur à l'université romaine Luiss, dans un entretien avec l'AFP.

Les neuf centres de rétention existants ont une capacité maximale de 1 161 personnes. Près de 6 400 personnes y ont séjourné en 2022, la plupart d'entre eux en provenance de Tunisie, d'Egypte, du Maroc, du Nigeria et d'Albanie. Un peu plus de 3 150 d'entre eux ont été rapatriés, selon l'autorité italienne de contrôle des prisons, les autres restant interdits de territoire mais n'ayant le plus souvent pas pu être expulsés.

Giorgia Meloni, qui a remporté les législatives l'an dernier avec un programme résolument antimigrants, a déclaré dimanche que le ministère de la Défense serait aussi chargé de mettre en place de nouveaux centres de rétention "dès que possible".

Fin 2022, le gouvernement a alloué 42,5 millions d'euros pour de nouveaux centres de rétention, et le ministère de la Défense est censé reconvertir des sites déjà existants dans des zones peu peuplées.

Près de 130 000 personnes sont arrivées en Italie depuis le début de l'année, contre 68 200 en 2022, selon les derniers chiffres publiés lundi par ministère de l'Intérieur.

La présidente de la Commission européenne Ursula von Der Leyen, qui s'est rendue dimanche à Lampedusa avec Giorgia Meloni, a proposé un plan en dix points pour aider Rome à faire face à cette crise.

Ce plan vise à la fois à prendre une position ferme contre les passeurs et les trafiquants et à faciliter les voies légales pour entrer dans l'Union européenne pour ceux qui sont éligibles à une demande d'asile.

Plus de 80 ONG, associations et collectifs ont dénoncé lundi dans un communiqué le plan européen, fustigeant "de vieilles recettes que l'Union européenne ressert depuis des décennies et qui ont toutes échoué".

"Alors que le ministre français de l'Intérieur a annoncé son intention de renforcer les contrôles à la frontière italiennes, plusieurs autres Etats membres de l'UE ont déclaré vouloir fermer leurs portes" aux migrants, déplore aussi ce texte signé notamment par les ONG de secours en mer SeaWatch et Mediterranea Saving Humans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : les dirigeants européens à Rome pour un hommage à l'ancien président Giorgio Napolitano

France : à Marseille, le pape dénonce l'"indifférence" et la "peur" face aux migrants

No Comment : inondations en Italie, la Lombardie particulièrement touchée