EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Contraception forcée : les femmes du Groenland demandent réparation au Danemark

Des enfants jouent sur un terrain de jeu dans le village isolé d'Ittoqqortoormiit au Groenland oriental, dans le fjord de Scoresby Sound, au Groenland oriental, le 17 août 2023.
Des enfants jouent sur un terrain de jeu dans le village isolé d'Ittoqqortoormiit au Groenland oriental, dans le fjord de Scoresby Sound, au Groenland oriental, le 17 août 2023. Tous droits réservés OLIVIER MORIN/AFP or licensors
Tous droits réservés OLIVIER MORIN/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Dans les années 1960, le Danemark a tenté de réduire le taux de natalité dans ce territoire arctique, qui était autrefois sa colonie.

PUBLICITÉ

Lundi, 67 femmes nées au Groenland ont déposé une demande d'indemnisation auprès du Danemark. Elles réclament environ 40 200 euros chacune.

Certaines étaient à peine adolescentes lorsqu'on leur a posé, sans leur consentement, un stérilet, un moyen de contraception qui permet d'éviter une grossesse pendant dix ans.

À la fin des années 1960, Copenhague a mis en place une politique contraceptive pour limiter les naissances dans ce territoire arctique alors supervisé par le Danemark, bien qu'il ait cessé d'être une colonie en 1953.

Une série de podcasts diffusés au printemps 2022 par la radio et la télévision danoise, "DR", a révélé l'ampleur de cette campagne à l'heure où le Danemark et le Groenland, qui a acquis le statut de territoire autonome en 2009, explorent leur passé.

Une commission d'enquête sur cette politique, lancée l'an dernier, doit publier ses conclusions en 2025. Mais les femmes veulent une réparation plus tôt. 

OLIVIER MORIN/AFP or licensors
Cette photographie prise le 17 août 2023 montre le village isolé d'Ittoqqortoormiit, dans l'est du GroenlandOLIVIER MORIN/AFP or licensors

"Nous ne voulons pas attendre les résultats de l'enquête", déclare, à l'AFP la psychologue Naja Lyberth, à l'origine de la demande d'indemnisation.

"Nous vieillissons. Les plus âgées d'entre nous, qui ont eu des stérilets dans les années 1960, sont nées dans les années 40. Elles approchent les 80 ans", explique-t-elle. "Nous voulons agir maintenant."

Dans les années 1960 et 1970, quelque 4 500 jeunes Inuits se sont fait poser un stérilet sans leur consentement ou celui de leur famille.

Un grand nombre de femmes ignoraient qu'elles portaient un dispositif contraceptif et, jusqu'à récemment, les gynécologues groenlandais trouvaient des stérilets chez des femmes qui n'étaient pas conscientes de leur présence, selon Naja Lyberth.

"Il est déjà clair à 100 % que le gouvernement a enfreint la loi en violant les droits de l'homme et en commettant de graves abus à notre encontre", affirme-t-elle. 

Naja Lyberth affirme que le gouvernement refusera leurs demandes dans l'attente des résultats de l'enquête, auquel cas l'affaire sera portée devant les tribunaux.

En 2022, six Inuits ont obtenu des excuses et des compensations, plus de 70 ans après avoir été séparés de leurs familles pour participer à une expérience visant à former une élite danoise sur l'île.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Danemark célèbre son nouveau roi

Le Danemark interdit de brûler le Coran

Les Islandaises en grève pour l'égalité salariale