PUBLICITÉ

Macron et Scholz se fixent un "devoir moral", relancer le couple franco-allemand

Le président français et le chancelier allemand à Hambourg, Allemagne, mardi 10 octobre 2023.
Le président français et le chancelier allemand à Hambourg, Allemagne, mardi 10 octobre 2023. Tous droits réservés Markus Schreiber/AP
Tous droits réservés Markus Schreiber/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A une semaine d’une importante réunion des ministres de l’Energie de l’UE, le président français, fervent défenseur du nucléaire, a été accueilli à Hambourg par le chancelier allemand, réfractaire à l’atome.

PUBLICITÉ

Un "devoir moral" de "mieux se comprendre": Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont concédé mardi que le couple franco-allemand n'était pas au meilleur de sa forme mais affiché leur détermination à le remettre sur les rails, y compris sur l'épineux dossier de l'énergie.

La France et l'Allemagne forment "un couple très important" pour l'Europe, a martelé le chancelier à l'issue de deux jours d'un séminaire qui se voulait très informel entre les deux gouvernements, sur les bords de l'Elbe, afin de tenter de lever les crispations mutuelles.

"Il y a parfois des perspectives différentes sur certaines questions, mais il est possible de développer un point de vue commun", a souligné le dirigeant allemand, se félicitant d'accueillir le président français sur ses terres à Hambourg, dans le nord protestant et tout en retenue de l'Allemagne.

"Nous avons le devoir, je dirais moral, politique, historique, de bâtir des voies communes pour avancer pour nos deux pays et pour notre Europe", a renchéri Emmanuel Macron, appelant à "réinventer des formes de coopération nouvelles", une "fascination réciproque".

Comme si rien n'allait de soi malgré ces deux jours sous le signe de la convivialité, le président est apparu en costumes trois pièces et cravate tandis que le chancelier la jouait détendu, sans cravate.

Le tutoiement, dont Emmanuel Macron est pourtant familier, n'était pas encore non plus totalement de mise à l'égard de son homologue.

Electricité dans l'air

Très attendus sur un sujet crucial, la réforme du marché de l'électricité, les deux dirigeants ont aussi voulu se montrer au rendez-vous de ce dossier dont dépend la facture énergétique des ménages et entreprises en Europe.

"Nous voulons avancer ensemble, nous allons avancer ensemble", a assuré le chancelier alors que les deux pays se livrent à une passe d'armes interminable à Bruxelles sur la place du nucléaire, banni par l'Allemagne mais central pour la France.

Les deux dirigeants se sont même engagés à essayer de trouver un accord d'ici la fin octobre, a fait valoir le président, pointant des modèles nationaux "extrêmement différents" mais "complémentaires".

La France veut une prise en compte des centrales nucléaires déjà existantes dans les mécanismes de contrat à long terme, assortis de compensations financières, prévus par la réforme de la Commission européenne.

L'Allemagne, qui a abandonné l'atome, y est réfractaire, souhaitant privilégier les investissements dans les énergies renouvelables. Les ministres de l'Energie de l'UE se réuniront le 17 octobre pour tenter de trouver un compromis.

La guerre en Ukraine a mis à nu plusieurs divergences de fond sur l'alliance historique des deux pays, motrice de la construction européenne, de l'énergie aux programmes de coopération industrielle sur l'avion de combat et le char du futur.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le renouvelable a-t-il sonné la fin de l'âge d'or du nucléaire ?

L'Europe reste divisée sur la question de l'énergie nucléaire

Walter Baier : "Les partis établis reprennent à leur compte le discours d'extrême droite"