EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'aide humanitaire devrait commencer à arriver ce vendredi à Gaza

Des Palestiniens attendent de passer du côté égyptien à la frontière de Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 16 octobre 2023.
Des Palestiniens attendent de passer du côté égyptien à la frontière de Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 16 octobre 2023. Tous droits réservés Hatem Ali/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Hatem Ali/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le terminal de Rafah entre l'Egypte et Gaza ouvrira vendredi affirment les médias égyptiens. 20 camions d'aide humanitaire avaient l'autorisation d'entrer dans la bande de Gaza, mais la route, détruite par les frappes israéliennes, devait être réparée.

PUBLICITÉ

C'est une annonce attendue depuis plusieurs jours : Israël a donné son feu vert à la livraison d'aide humanitaire dans la bande de Gaza. 20 camions remplis de médicaments, nourriture et eau qui attendaient à la frontière égyptienne pourront se rendre, demain, vendredi dans le Sud de l'enclave, annoncent ce soir des médias égyptiens.

Mais le patron de l'OMS a des doutes. Il n'est "pas sûr" que l'aide humanitaire pourra entrer dès vendredi dans Gaza, a-t-il déclaré quasiment en même temps que l'annonce égyptienne. 

L'aide humanitaire doit entrer "tous les jours" dans Gaza pour pouvoir subvenir aux besoins, avait déclaré hier un haut responsable de l'OMS, qui estime que les 20 camions d'aide prévus pour le moment sont totalement insuffisants.

L'Organisation mondiale de la santé a également demandé à Israël, lors d'un point de presse à Genève, d'autoriser l'entrée de carburant dans Gaza dans le cadre de l'aide humanitaire, pour alimenter les générateurs des hôpitaux et les stations de désalinisation.

Une nouvelle qui survient après la visite de Joe Biden dans l'Etat Hébreux, approuvée par Le Caire dans la foulée. Le Président américain a appelé à la désescalade après l'annulation d'un sommet entre les différents dirigeants des pays du proche-Orient.

"Israël a accepté que l'aide humanitaire peut commencer à être acheminée de l'Égypte vers Gaza. Mais soyons clairs : si le Hamas détourne ou vole l'aide, il aura démontré une fois de plus qu'il ne se soucie pas du bien-être du peuple palestinien" a déclaré Joe Biden lors de sa conférence de presse avec le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, à Tel Aviv mercredi.

Le bilan humain suite à une énorme déflagration à l'hôpital Al-Ahli s'élève désormais à 471 morts, selon les autorités locales. Le Président américain affirme que l'Etat Hébreux n'est pas responsable et que l'explosion aurait été causée par une roquette de "l'autre camp" ayant raté son tir.

Une version contestée dans la majorité des pays arabes, qui accusent Israël d'avoir délibérément attaqué l'hôpital, et où les manifestations anti-israéliennes se multiplient.

L'explosion à l'hôpital a accru la colère déjà bouillonnante face aux bombardements et au blocus de Gaza par Israël. Le nombre de victimes dans l'enclave a dépassé les 3 000 morts.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Proche-Orient et commerce, à l’agenda du sommet entre l'UE et les Etats-Unis

Ursula von der Leyen défend son voyage en Israël et déclare que les civils doivent être protégés de la "fureur de la guerre"

Des dizaines de milliers de manifestants anti-Netanyahu à Jérusalem