EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Israël dit "progresser" dans la guerre contre le Hamas

Euronews
Euronews Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée israélienne "progresse méthodiquement, étape par étape" dans la bande de Gaza, a affirmé lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au 24e jour de la guerre déclenchée par l'attaque du 7 octobre.

PUBLICITÉ

L'armée israélienne "progresse méthodiquement, étape par étape" dans la bande de Gaza, a affirmé lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au 24e jour de la guerre déclenchée par l'attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien Hamas en Israël.

Depuis vendredi soir, les opérations au sol et les frappes aériennes israéliennes gagnent en intensité, avec pour but de "détruire" le Hamas et "ramener les otages à la maison", plus de 230 personnes retenues depuis le 7 octobre dans le territoire palestinien. L'armée israélienne a annoncé avoir libéré une soldate dans la nuit de dimanche à lundi.

La guerre qui menace d'embraser toute la région, a déjà fait des milliers de morts, majoritairement des civils, et met à très rude épreuve les 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza, soumise depuis le 9 octobre à un "siège complet" qui les prive d'eau, de nourriture et d'électricité.

L'armée israélienne dit avoir frappé ces dernières 24 heures "600 cibles", des dépôts d'armes, des positions de lancement de missiles antichar et des caches du Hamas, qu'Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne considèrent comme une organisation "terroriste".

Elle a également affirmé avoir tué dans la nuit "des dizaines de terroristes qui s'étaient barricadés dans des bâtiments et des tunnels et avaient tenté de les attaquer". "Tsahal a étendu son entrée terrestre dans la bande de Gaza, elle le fait par étapes mesurées et très puissantes, en progressant méthodiquement étape par étape", a dit M. Netanyahu.

Le Hamas a fait état de "combats intenses" dans le nord de la bande de Gaza, sans donner de bilan.

"Des dizaines de chars" israéliens près de Gaza-ville

Des témoins ont affirmé dans la matinée à l'AFP avoir vu "des dizaines" de chars israéliens en lisière de Gaza-ville, 1,5 à 2 km à l'intérieur du territoire palestinien, une première depuis le début de la guerre. D'après ces sources, les chars, mais aussi l'aviation israélienne, ont bombardé la route de Salaheddine, un axe routier nord-sud, sur un kilomètre environ, avant de se retirer.

Le Hamas s'est efforcé de minimiser la portée de cette incursion, sa branche militaire ajoutant avoir riposté en tirant des obus antichar en direction "de deux blindés".

Le mouvement palestinien affirme, dans un dernier bilan fourni lundi, que 8306 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées dans les bombardements israéliens depuis cette date. En Israël, d'après les autorités, plus de 1400 personnes sont mortes depuis le 7 octobre, essentiellement des civils tués le jour de l'attaque du Hamas.

Situation humanitaire "désastreuse"

Dans la bande de Gaza, bombardée depuis le 7 octobre, l'ONU alerte quotidiennement sur la situation humanitaire "désespérée". Les appels se sont multipliés pour laisser passer l'aide vers le territoire de 360 km2 déjà soumis à un blocus israélien depuis 2007.

Des milliers de bâtiments ont été rasés et plus de la moitié de la population (1,4 million environ) a été contrainte de se déplacer pour échapper aux bombardements, d'après l'ONU.

Dimanche, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Karim Khan a affirmé "qu'empêcher l'acheminement de l'aide peut constituer un crime".

Au total, 117 camions sont arrivés depuis le 21 octobre, selon l'ONU, dont 33 dimanche, le convoi le plus important à ce jour, mais cette aide reste "insuffisante".

Dimanche, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) avait mis en garde contre un écroulement de "l'ordre public" dans la bande de Gaza, après le pillage d'entrepôts et de centres de distribution d'aide alimentaire par des centaines de personnes.

L'inquiétude humanitaire porte aussi sur la situation des hôpitaux de Gaza où, selon le Croissant-Rouge palestinien, les bombardements mettent en péril la vie des patients et des milliers de civils qui y sont réfugiés.

Israël accuse le Hamas de se servir des hôpitaux pour cacher armes ou combattants, ce que le Hamas dément.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Enquête RSF : le journaliste tué au Liban a été la cible d'une attaque depuis Israël

Gaza : au moins 15 morts dans une frappe israélienne sur une école gérée par l'UNRWA

Plus de 90 morts à Gaza : Israël dit avoir visé Mohammed Deif, cerveau des attentats du 7 octobre