EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Tags d'étoiles de David dans Paris : le parquet ouvre une enquête

Des tags d'étoiles de David ont été découverts sur plusieurs immeubles de Paris et de la petite couronne.
Des tags d'étoiles de David ont été découverts sur plusieurs immeubles de Paris et de la petite couronne. Tous droits réservés Oded Balilty/AP
Tous droits réservés Oded Balilty/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le parquet de Paris a indiqué mardi avoir ouvert une enquête après la découverte d'étoiles de David, symbole de la religion juive et de l'Etat d'Israël, sur plusieurs bâtiments de la capitale.

PUBLICITÉ

Ces étoiles de David ont été dessinées au pochoir bleu sur plusieurs façades d'immeubles du XIVe arrondissement de Paris, a constaté mardi une journaliste de l'AFP.

L'enquête, ouverte pour dégradation du bien d'autrui aggravée par la circonstance qu'elle a été commise en raison de l'origine, la race, l'ethnie ou la religion, a été confiée au commissariat de police de l'arrondissement, a précisé le parquet, sollicité par l'AFP.

Ce délit est puni par une peine maximale de quatre ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

Depuis l'attaque d'Israël par le Hamas le 7 octobre, 2.500 signalements d'actes antisémites ont été reçus en France sur la plateforme de signalement Pharos, selon le ministère de l'Intérieur.

Dimanche, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a fait état de plus de 400 interpellations pour ces "actes antisémites".

Dans un communiqué relayé sur X, la maire du XIVe arrondissement, Carine Petit, a dénoncé les tags comme des "actes antisémites et racistes". "Cet acte de marquage rappelle les procédés des années 30 et la Seconde guerre mondiale qui ont conduit à l'extermination de millions de juifs", a-t-elle dénoncé.

"Il y a clairement chez les personnes qui ont fait ça une volonté de terrifier", a quant à lui déclaré à l'AFP le président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) Samuel Lejoyeux.

Des tags similaires sont apparus le week-end dernier à Vanves et Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), ainsi qu'à Aubervilliers et Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), où les pochoirs étaient accompagnés d'inscriptions telles que "De la mer au Jourdain, Palestine vaincra".

La maire d'Aubervilliers, Karine Franclet, a dénoncé des actes "en contradiction totale avec les valeurs fondamentales que nous portons (...), tout particulièrement dans le contexte actuel" de la guerre entre Israël et le Hamas.

La mairie de Saint-Ouen, où les tags ont été découverts lundi matin, a effectué un signalement au procureur de la République. "Les auteurs devront être poursuivis et sanctionnés par la justice avec la plus grande sévérité et avec intransigeance", a commenté le maire Karim Bouamrane sur X.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Polémique : une ville allemande veut débaptiser sa crèche nommée "Anne Franck"

Rassemblement à Paris après l'incendie de la synagogue de Rouen

Un homme abattu par la police alors qu'il tentait d'incendier une synagogue