Loi d'amnistie en Espagne : l'opposition dénonce "l'accord de la honte", "un coup d'État"

Manifestation contre les socialistes de Pedro Sanchez et l'accord d'amnistie conclu avec les séparatistes catalans, Madrid, 9/11/2023
Manifestation contre les socialistes de Pedro Sanchez et l'accord d'amnistie conclu avec les séparatistes catalans, Madrid, 9/11/2023 Tous droits réservés Andrea Comas/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’opposition espagnole n’a pas de mots assez durs pour dénoncer l’accord d’amnistie conclu avec les séparatistes de Carles Puigdemont en échange du soutien au Premier ministre socialiste Pedro Sanchez.

PUBLICITÉ

De nouvelles manifestations et de nouveaux affrontements ont lieu dans les villes d'Espagne. Pour la quatrième nuit consécutive, des violences ont éclaté devant le siège du Parti socialiste espagnol à Madrid pour contester l'accord entre le Parti socialiste et les séparatistes catalans de Junts.

L'accord prévoit l'amnistie des personnes poursuivies pour la tentative de séparation de la Catalogne de l'Espagne en 2017. 

Les nationalistes basques du PNV ont aussi, comme attendu, donné leur accord ce vendredi à la reconduction au pouvoir du Premier ministre espagnol sortant Pedro Sánchez, désormais assuré de disposer de la majorité absolue au Parlement.

Cet accord avec le Parti nationaliste basque, qui dispose de cinq députés, intervient au lendemain de l'annonce du soutien indispensable des sept députés de la formation de l'indépendantiste catalan Carles Puigdemont à l'investiture du socialiste pour un nouveau mandat. 

Les dirigeants du Parti populaire conservateur et du parti d'extrême droite Vox n'ont pas de mots assez durs pour condamner les socialistes. 

Alberto Nuñez Feijóo, leader du Parti Populaire, appelle cet accord "l'accord de la honte", tandis que Santiago Abascal, leader de Vox, parle d'une "période noire dans l'histoire de l'Espagne", ainsi que de la fin de la démocratie.

Les détails de l'accord ne sont pas encore totalement connus, et cette incertitude est une raison supplémentaire pour les détracteurs de Sanchez. 

M. Feijóo affirme que le PSOE "cède à chacune des exigences des forces indépendantistes, qui n'ont pas fait la moindre concession".

La coalition doit être formellement approuvée avant le 27 novembre, et si ce n'est pas le cas, de nouvelles élections seront fixées mi-janvier.

Sources additionnelles • AFP, EFE

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : premier jour du nouveau gouvernement de Pedro Sanchez

La reconduction de Pedro Sanchez à la tête de l'Espagne ne passe pas

Espagne : le projet d'amnistie avec les indépendantistes catalans contesté