Une britannique assassinée en Belgique, il y a 31 ans, enfin identifiée

DOSSIER : Image de Rita Roberts et de son tatouage distinctif
DOSSIER : Image de Rita Roberts et de son tatouage distinctif Tous droits réservés INTERPOL
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La "femme au tatouage de fleurs" s'appelle Rita Roberts. Elle a pu être identifiée à la suite d'un appel des polices belge, néerlandaise et allemande, pour être aider à identifier 22 femmes retrouvées sans vie.

PUBLICITÉ

La police a identifié une femme assassinée en Belgique, il y a 31 ans, grâce à un appel international lancée par différentes polices d'Europe. 

L'appel a été lancé en mai par les polices belge, néerlandaise et allemande, en collaboration avec Interpol, afin d'obtenir l'aide du public, pour identifier 22 femmes dont on pense qu'elles ont été assassinées.

L'une de ces affaires non résolues, connue sous le nom de "la femme au tatouage floral", remonte à juin 1992. Le corps d'une femme avait été retrouvé dans une rivière à Anvers, en Belgique.

La victime avait été tuée violemment.

Sa caractéristique physique la plus frappante était un tatouage floral sur son avant-bras gauche, représentant une fleur noire avec des feuilles vertes et l'inscription "R'Nick" en dessous. Pendant trois décennies, la victime est restée anonyme.

Comment Rita Roberts a été identifiée

Rita Roberts avait 31 anss quand elle a quitté Cardiff pour s'installer à Anvers en février 1992.

La dernière fois qu'elle a communiqué avec ses proches, c'était par carte postale, en mai 1992.

Lorsque l'opération "Identifiez-moi" a été lancée au printemps de cette année, elle a suscité quelque 1 250 signalements de la part du public.

Un membre de la famille de Rita Roberts vivant au Royaume-Uni a reconnu le tatouage aux informations et a prévenu Interpol et les autorités belges, par le biais du site Web de l'opération.

La famille s'est ensuite rendue en Belgique pour rencontrer les enquêteurs, et a formellement identifié leur parent disparu, grâce à des identifiants personnels distinctifs.

Après l'identification du corps, une requête a été adressée au tribunal des affaires familiales d'Anvers pour que le certificat de décès de la victime soit modifié afin de refléter son identité.

"La nouvelle a été choquante et déchirante", confie la famille de Rita, dans un communiqué.

"Notre sœur passionnée, aimante et libre d'esprit nous a été cruellement enlevée. Il n'y a pas de mots pour exprimer le chagrin que nous avons ressenti à ce moment-là, et que nous ressentons encore aujourd'hui", ajoute la famille. 

"Rita était une belle personne qui adorait voyager. Elle aimait sa famille, en particulier ses neveux et nièces, et a toujours voulu avoir sa propre famille. Elle avait la capacité d'illuminer une pièce, et partout où elle allait, elle était la vie et l'âme de la fête. Nous espérons que, où qu'elle soit aujourd'hui, elle est en paix".

Le Secrétaire général d'Interpol, Jurgen Stock, s'adresse aux journalistes lors d'une interview à l'extérieur du siège d'Interpol à Lyon, le 5 septembre 2023
Le Secrétaire général d'Interpol, Jurgen Stock, s'adresse aux journalistes lors d'une interview à l'extérieur du siège d'Interpol à Lyon, le 5 septembre 2023Laurent Cipriani/AP

Nouvelle recherche de l'assassin de Rita

Maintenant que l'identité de Rita Roberts est connue, les autorités belges font appel au public pour toute information qu'il pourrait avoir sur elle ou sur les circonstances de sa mort.

"Après 31 ans, une femme assassinée et non identifiée a retrouvé son nom et sa famille a pu tourner la page. De telles affaires soulignent la nécessité vitale de mettre en relation les polices du monde entier, en particulier lorsqu'il s'agit de personnes disparues ", affirme le Secrétaire Général d'Interpol, Jürgen Stock.

L'opération "Identifiez-moi" était la première fois qu'Interpol rendait publics des extraits de notices noires. Celles-ci sont utilisées pour rechercher des informations sur des corps non identifiés et pour déterminer les circonstances du décès.

Les notices noires peuvent contenir des informations sur le lieu où le corps a été trouvé, des données biométriques telles que l'ADN, les empreintes digitales et les images faciales, des fiches dentaires, des descriptions physiques du corps ou des vêtements, ainsi que tout autre élément permettant d'identifier la personne décédée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE fait un pas de plus contre les violences faites aux femmes

Campagne d'Interpol pour identifier des 22 dépouilles de femmes

L'Europe n'arrive pas à trouver la solution pour mettre fin aux féminicides