L'Allemagne et l'Otan tentent de rassurer sur le soutien à l'Ukraine

Le chancelier allemand Olaf Scholz prononce un discours sur la crise budgétaire de l'Allemagne au Bundestag à Berlin, Allemagne, mardi 28 novembre 2023.
Le chancelier allemand Olaf Scholz prononce un discours sur la crise budgétaire de l'Allemagne au Bundestag à Berlin, Allemagne, mardi 28 novembre 2023. Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En pleine crise budgétaire, le chancelier allemand Olaf Scholz pousse pour poursuivre l'aide à l’Ukraine. Le secrétaire général de l’Otan se dit lui confiant concernant l’aide américaine.

PUBLICITÉ

Le maintien de l'aide à l'Ukraine dans sa guerre face à la Russie est d'une importance "existentielle" pour l'Europe, a estimé mardi le chancelier allemand Olaf Scholz.

Ce soutien est "d'une importance existentielle (...) pour l'Ukraine, c'est clair, mais en fin de compte aussi pour nous en Europe", a déclaré M. Scholz dans un discours devant les députés allemands à Berlin, où il a plaidé pour obtenir des moyens budgétaires en conséquence, notamment pour l'année prochaine.

Après les Etats-Unis, l'Allemagne est le pays qui fournit l'aide la plus importante à l'Ukraine, y compris concernant les livraisons d'armes.

Il est "clair que nous ne devons pas relâcher notre soutien à l'Ukraine" et dans "la résolution de la crise énergétique" qui a suivi la guerre d'invasion russe depuis février 2022, a-t-il martelé, alors que les interrogations croissent dans l'opinion à mesure que le conflit s'enlise.

Le chancelier s'exprimait au moment où son gouvernement traverse une crise budgétaire, qui va l'obliger à recourir davantage que prévu à l'emprunt pour financer ses dépenses, et donc à laisser filer le déficit public.

Cette situation fait suite à un arrêt de la Cour constitutionnelle, plus haute juridiction du pays, qui a annulé le 15 novembre le transfert de 60 milliards d'euros de crédits inutilisés - provenant d'un fonds spécial lié à la pandémie de Covid-19 - dans un programme dédié à des investissements verts stratégiques et un soutien à l'industrie.

Le gouvernement allemand a été censuré pour avoir enfreint une règle constitutionnelle dite de "frein à l'endettement": elle interdit un déficit public de plus de 0,35% du Produit intérieur brut (PIB) national, sauf circonstances exceptionnelles.

Berlin les avait invoquées en 2020, 2021 et 2022 mais comptait respecter le plafond de déficit cette année. Il ne le peut plus désormais. Berlin va demander aux députés de voter une hausse du déficit budgétaire fédéral de 45 milliards d'euros.

M. Scholz a justifié cette mesure par la nécessité de financer "les freins aux prix de l'énergie pour 2023", référence à un bouclier anti-inflation pour alléger les factures de gaz et d'électricité des ménages et entreprises, suite à l'envolée des prix consécutive à la guerre russe en Ukraine.

L'Otan cherche à convaincre sur son soutien à l'Ukraine

L'Otan a cherché mardi à convaincre de la poursuite de son engagement en Ukraine dans un contexte difficile, dominé par le statu quo sur le champ de bataille et les atermoiements des Etats-Unis.

"Je suis confiant" sur la poursuite du soutien militaire américain à l'Ukraine, a lancé le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg au début d'une réunion ministérielle à Bruxelles.

L'aide de Washington est pourtant bloquée au Congrès depuis des semaines, en raison de réticences d'élus républicains à contribuer davantage à l'effort de guerre en Ukraine. Les Etats-Unis ont déjà versé 40 milliards de dollars d'aide militaire à Kyiv, et ces élus jugent que le reste peut attendre au moment où Israël, aux prises avec le Hamas, a aussi besoin d'aide.

Et en Europe, plusieurs pays rechignent à débourser davantage. Le versement d'une aide de 20 milliards d'euros suggérée par le patron de la diplomatie européenne Josep Borrell est bloqué, et l'enveloppe globale de 50 milliards d'euros également envisagée pour aider Kyiv est pour l'instant restée lettre morte.

A leur arrivée à Bruxelles mardi, plusieurs chefs de la diplomatie ont pourtant promis de ne rien lâcher. "Nous réaffirmerons fortement notre soutien" à l'Ukraine, a assuré le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

Nouveau protocole d'accord entre Kyiv et le Parlement européen

Le président du Parlement ukrainien Ruslan Stefanchuk a lui été reçu par la présidente du Parlement européen à Bruxelles pour signer un nouveau protocole d'accord sur le soutien à la démocratie.

Ce partenariat sera renforcé par l'établissement d'une présence permanente du Parlement européen à Kyiv.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’Allemagne prolonge ses centrales électriques au charbon à l’approche de l’hiver

L'UE accorde près de 200 millions d'euros pour la formation de militaires ukrainiens

La fatigue de la guerre pousse-t-elle l'Ukraine à négocier ?