Tesla a entamé des poursuites contre l’Etat suédois pour une grève

Un véhicule Tesla se recharge, mercredi 27 septembre 2023, à Woodstock, en Géorgie
Un véhicule Tesla se recharge, mercredi 27 septembre 2023, à Woodstock, en Géorgie Tous droits réservés AP Photo/Mike Stewart
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La grève des salariés du constructeur automobile s’est étendue au secteur postal, ce qui a provoqué le blocage de l’envoi des plaques d’immatriculation.

PUBLICITÉ

Le géant américain Tesla, qui a entamé des poursuites contre l'Etat suédois en raison du refus des employés du secteur postal de livrer les plaques d'immatriculation de ses voitures neuves, a obtenu lundi soir une première décision favorable.

Le mouvement de grève visant Tesla, lancé fin octobre par le syndicat de la métallurgie IF Metall en raison du refus du constructeur d'adhérer à une convention collective sur les salaires, s'est élargi depuis à d'autres secteurs.

Le secteur postal s'est joint au mouvement le 20 novembre, des employés cessant de livrer les bureaux et ateliers de réparation de Tesla.

Les plaques d'immatriculation étant uniquement livrées par courrier, le mouvement pourrait empêcher les nouvelles Tesla de circuler, ce que le patron du groupe, Elon Musk, a qualifié "d'insensé" vendredi.

Dans sa requête au tribunal du district de Norrköping, Tesla demande au tribunal d'imposer que l'Agence suédoise des transports s'assure que les plaques d'immatriculations "rentrent en possession de Tesla".

Elle demande également une amende d'un million de couronnes (87 000 euros) si l'agence publique devait échouer à faire respecter une éventuelle décision du tribunal.

L'Agence suédoise des transports a indiqué lundi soir avoir reçu du tribunal une "décision provisoire (..) lui enjoignant d'accepter, dans un délai de 7 jours, que Tesla collecte les plaques d'immatriculation directement auprès de notre fabricant de plaques".

"Notre fabricant de plaques a annoncé qu'il était prêt à fournir les plaques directement à Tesla, à condition que l'Agence suédoise des transports donne son accord", a ajouté l'agence publique dans un message à l'AFP, précisant qu'elle évaluait les conséquences de cette décision de justice.

L'Agence suédoise des transports avait indiqué la semaine dernière que l'envoi des plaques était confié au groupe postal Postnord, en vertu d'un contrat s'appliquant à toutes les agences gouvernementales.

Dans une autre requête, Tesla demande au tribunal de Solna, en banlieue de Stockholm, d'imposer à Postnord, propriété des Etats suédois et danois, de lui restituer les plaques.

Outre IF Metall, neuf autres syndicats ont annoncé des mesures de solidarité envers les salariés de Tesla, comme les dockers ou celui de la construction.

Négociées secteur par secteur, les conventions collectives constituent la base du modèle de marché du travail suédois. Elles couvrent près de 90% de l'ensemble des salariés suédois et leur garantissent des minimas salariaux et des conditions de travail.

Bien qu'ils soient syndiqués, les ouvriers de Tesla ne bénéficient pas des conventions collectives sectorielles car leur entreprise n'a pas signé la convention.

Le spécialiste américain de la voiture électrique a toujours rejeté les appels à la syndicalisation parmi ses 127 000 employés dans le monde.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Fin de la grève à l'aéroport de Genève

Elon Musk en Chine pour parler véhicules nouvelle génération et batteries

Tesla veut implanter une deuxième usine à Shanghaï, pour des batteries