COP 28 : le Président de la COP répond aux critiques de déni climatique

Le président émirati de la COP28, Sultan al-Jaber, lors d'une réunion à Dubaï
Le président émirati de la COP28, Sultan al-Jaber, lors d'une réunion à Dubaï Tous droits réservés Kamran Jebreili/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La tenue de la COP 28 à Dubai est critiquée par les ONG, scientifique et politiques. Ce lundi, le Président de l'évènement le Sultan Al Jaber, a répondu aux accusations de "déni climatique".

PUBLICITÉ

La fin des énergies fossiles est au centre des débats de la COP28 à Dubaï. Ce lundi, le Président de la conférence sur le climat, le Sultan Al Jaber, a répondu aux critiques, qui l'accusaient de déni climatique et de vouloir retarder la fin de l'utilisation des énergies fossiles : "la science a guidé ma vie. C'est un fait. La science dit que nous devons atteindre zéro émission nette d'ici 2050, et que nous devons réduire les émissions de 43 % d'ici 2030, et que est de réduire 22 tonnes, celle dont je viens de parler, pour que nous puissions conserver 1,5 de la portée."

La tenue de la COP28 a été critiquée par de nombreux politiques, scientifiques et ONG. Parmi eux, Al Gore, ancien vice-président américain : "l'industrie pétrolière et gazière a commis une erreur en allant trop loin et en nommant le PDG de l'une des plus grandes et des plus sales, à bien des égards, compagnies pétrolières au monde comme président de la COP."

​La délégation ukrainienne a fait le déplacement pour présenter ses projets de transition énergétique. notamment celui de la compagnie D-TEK, qui construit le plus grand parc éolien du pays à Mykolaïv.

Maxim Timchenko, PDG de l'entreprise, explique que la construction a lieu non loin des combats : "les ouvriers travaillent avec des gilets pare-balles et voient des missiles voler au-dessus de leurs têtes. Ce sont les conditions dans lesquelles nous construisons la première phase et c'est pourquoi nous sommes fiers de cette réalisation."

Plusieurs dizaines de personnes ont devant l'entrée de l'évènement pour que les plus gros pollueurs de la planète aident davantage les pays plus vulnérables au changement climatique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

COP 28 : le Pape François appelle les religions à œuvrer pour le climat

Les Émirats arabes unis frappées par de fortes intempéries

COP28 : réactions mitigées après la signature de l'accord final de la conférence