PUBLICITÉ

Terry Reintke, des Verts, promet de maintenir l'UE sur la bonne voie pour atteindre la neutralité climatique

L'Allemand Terry Reintke, du groupe des Verts/Alliance libre européenne, au Parlement européen, le mardi 16 janvier 2024 à Strasbourg, dans l'est de la France
L'Allemand Terry Reintke, du groupe des Verts/Alliance libre européenne, au Parlement européen, le mardi 16 janvier 2024 à Strasbourg, dans l'est de la France Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Terry Reintke, des Verts, a présenté son parti comme l'antidote aux forces « autoritaires de droite » qui tentent d'affaiblir l'action climatique alors qu'elle fait campagne à l'approche des élections européennes de juin.

PUBLICITÉ

Dans un entretien accordé jeudi à Euronews, l'Allemande de 36 ans, l'une des deux principales candidates présentées par les Verts européens pour les élections de juin, a exposé sa vision pour défendre le Pacte vert européen, le plan de l'UE visant à devenir le premier continent climatiquement neutre.

Ces derniers mois, le parti des Verts de terry Reintke a critiqué le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, qui devrait figurer en tête des sondages en juin et rester la plus grande faction du parlement, pour ce qu'il décrit comme des tentatives visant à affaiblir le Green Deal en réponse à une vague de manifestations parmi les agriculteurs.

Les manifestations des agriculteurs ont amené la Commission européenne de la présidente Ursula von der Leyen à revenir progressivement sur certains de ses engagements environnementaux en faisant des concessions, notamment en assouplissant les exigences écologiques pour l'accès aux subventions dans le cadre de mesures radicales visant à réduire la charge administrative qui pèse sur les agriculteurs.

Les solutions de Terry Reintke incluent le « remaniement » des subventions agricoles du bloc afin d'allouer les fonds en fonction d'indicateurs écologiques et sociaux plutôt que de la taille des exploitations.

« Les grandes entreprises agroalimentaires reçoivent essentiellement la plus grande partie des subventions agricoles. Et nous aimerions inverser la tendance, par exemple en imposant une conditionnalité en matière de normes écologiques et sociales », a expliqué Mme Reinke, ajoutant que les Verts étaient également favorables à un plafonnement des subventions maximales afin de garantir une distribution plus équitable aux petites exploitations familiales en Europe.

Terry Reintke a également salué le Green Deal comme « une partie du puzzle visant à faire de l'Europe un continent plus sûr » et comme le seul moyen de restaurer l'avantage industriel compétitif du continent.

« Je dis toujours que le Green Deal et la question de la sécurité en Europe sont les deux faces d'une même médaille », a expliqué Terry Reintke, évoquant la façon dont l'Europe s'était rendue « vulnérable » en dépendant des importations russes de combustibles fossiles dans les années qui ont précédé l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par le Kremlin en 2022.

« Le Green Deal, qui repose sur l'énergie éolienne et solaire, sur une économie circulaire durable (...) sur des sources d'énergie qui ne dépendent pas des autocrates, fait partie d'une stratégie de sécurité dont l'Europe a cruellement besoin, car nous constatons que le monde devient de plus en plus précaire. »

Elle a ajouté que le Green Deal était la seule stratégie européenne viable, afin de permettre au bloc de concurrencer les puissances mondiales telles que la Chine et les États-Unis dans le développement et le déploiement d'énergies propres telles que l'hydrogène vert et les technologies de batteries.

« Il est crucial de disposer d'un programme d'investissement massif au niveau européen qui incite les États membres à emprunter cette voie (en matière de technologies propres) (...) », a déclaré Terry Reintke, présentant le Green Deal comme le seul moyen pour l'Europe de concurrencer les industries fortement subventionnées de la Chine et des États-Unis.

Aux États-Unis, la loi sur la réduction de l'inflation (IRA), le plan de subventions vertes attrayant de l'administration Biden qui offre de généreux allégements fiscaux et des remises pour les technologies vertes fabriquées aux États-Unis, a fait craindre un exode industriel hors d'Europe et a vu l'UE se démener pour introduire des contre-propositions telles que la Loi sur l'industrie Net Zero et la Loi sur les matières premières critiques.

Le bloc a également récemment lancé des enquêtes sur les subventions publiques chinoises aux véhicules électriques, aux panneaux solaires et aux éoliennes, craignant que l'industrie européenne ne soit inondée par des importations bon marché.

L'antidote à une « réaction » de la droite

Terry Reintke a également déclaré qu'un vote pour les Verts était le meilleur moyen de « défendre la démocratie » contre les « réactions de la droite contre la démocratie, l'État de droit et la liberté en Europe ».

« Les citoyens ont le choix d'avoir une majorité plus à droite au Parlement européen, avec la possibilité que des forces autoritaires d'extrême droite influencent le programme de la Commission européenne (...) ou (...) d'avoir des politiques progressistes, tournées vers l'avenir et tournées vers l'avenir », a-t-elle ajouté.

Terry Reintke, of Germany, and Bas Eickhout, of the Netherlands, celebrate after being elected as leading candidates of the Greens Party for the European elections
Terry Reintke, of Germany, and Bas Eickhout, of the Netherlands, celebrate after being elected as leading candidates of the Greens Party for the European electionsLaurent Cipriani/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Tout en reconnaissant les succès de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, qui fait actuellement campagne pour sa réélection, elle l'a également critiquée pour avoir perdu « du terrain » au cours de son mandat.

« Je mentirais si je disais qu'elle (Ursula von der Leyen) n'a pas fait avancer de choses très positives au cours de ces cinq années, mais en même temps, nous avons pu constater qu'elle a vraiment perdu du terrain, surtout vers la fin de la législature », a-t-elle déclaré, faisant référence à l'attaque de son parti contre le Green Deal et aux tentatives de faire tomber la loi sur la restauration de la nature, un projet de loi conçu pour restaurer au moins 20 % des zones terrestres et maritimes de l'Union européenne d'ici 2030.

Ursula von der Leyen s'engage néanmoins à continuer à défendre le Green Deal en tant que « modèle de croissance propre » dans sa campagne.

Interrogée sur la réponse de l'UE au conflit qui fait rage au Moyen-Orient et sur la question de savoir si le bloc devrait envisager de sanctionner Israël pour sa réponse à Gaza aux attaques du Hamas du 7 octobre, Terry Reintke a déclaré : « Je pense que nous devrions faire pression sur Israël ».

PUBLICITÉ

Elle a également fait valoir que le bloc pourrait utiliser son accord commercial, l'accord d'association UE-Israël, pour faire pression sur Tel Aviv, une proposition initialement déposée par l'Irlande et l'Espagne, considérées comme l'une des critiques les plus farouches du bloc à l'égard de la guerre de Benjamin Netanyahou à Gaza.

« Nous devrions, par exemple, utiliser l'accord d'association selon lequel nous devons dire : écoutez, ce qui se passe actuellement n'est pas une bonne chose, pas non plus pour la sécurité d'Israël et des citoyens israéliens », a déclaré Terry Reintke.

Cette interview fait partie d'une série en cours avec tous les Spitzenkandidaten. L'interview complète de Terry Reintke sera diffusée sur Euronews le 10 mai.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : quelles sont les ambitions vertes des différents partis ?

Bruxelles : le premier ministre palestinien a rencontré les partenaires internationaux

Espagne : le Parti Populaire a lancé sa campagne électorale pour les européennes