Des centaines de Palestiniens soupçonnés d'être complices du Hamas arrêtés

Des chars israéliens se dirigent vers la bande de Gaza dans le sud d'Israël, le jeudi 12 octobre 2023.
Des chars israéliens se dirigent vers la bande de Gaza dans le sud d'Israël, le jeudi 12 octobre 2023. Tous droits réservés Ohad Zwigenberg/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’armée israélienne affirme avoir arrêté des centaines de Palestiniens soupçonnés d’être complices du Hamas et les interroge.

PUBLICITÉ

Les chaînes de télévision israéliennes ont diffusé jeudi des vidéos montrant des dizaines de Palestiniens en sous-vêtements, les yeux bandés, sous la garde de soldats israéliens dans la bande de Gaza, provoquant une vive polémique sur les réseaux sociaux.

Parmi les hommes arrêtés, des témoins, journalistes et proches ont reconnu le reporter Diaa Al-Kahlout, correspondant à Gaza du média The New Arab.

"Nous enquêtons et vérifions qui est lié au (mouvement islamiste palestinien) Hamas et qui ne l'est pas", alors que des soldats israéliens traquent "des terroristes qui se cachent encore dans (des) tunnels comme des lâches", a réagi le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari.

Menorah à 138 branches

Israël, traumatisé par l'attaque du 7 octobre, a commencé jeudi à célébrer Hanouka, la fête juive des Lumières. A Tel-Aviv, des familles et proches des otages ont participé à une veillée où ils ont allumé les bougies d'une menorah géante, ou chandelier, comptant symboliquement 138 branches.

Une exposition s'est ouverte jeudi dans la ville, consacrée à la mémoire des 364 personnes tuées par des combattants du Hamas le 7 octobre alors qu'elles participaient au festival de musique Tribe of Nova dans le sud d'Israël.

La guerre a aussi ravivé les tensions à la frontière entre Israël et le Liban, où les échanges de tirs sont quotidiens entre l'armée israélienne et le Hezbollah libanais, allié du Hamas.

L'armée et les secours israéliens ont annoncé jeudi la mort d'un civil israélien, tué dans le nord d'Israël par un tir de missile antichar revendiqué par le Hezbollah.

Benyamin Netanyahou a lancé un nouvel avertissement au Hezbollah.

Je suggère à nos ennemis de bien faire attention, parce que si le Hezbollah choisit de déclencher une guerre totale, il transformera par sa faute Beyrouth et le sud du Liban, non loin d'ici, en Gaza et Khan Younès
Benyamin Netanyahou
Premier ministre israélien

Système de santé "à genoux"

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a évoqué un système de santé "à genoux" dans la bande de Gaza, où la plupart des hôpitaux du nord ne fonctionnent plus tandis que ceux du sud, submergés par l'afflux de milliers de blessés, sont au bord de l'effondrement.

Israël a imposé depuis le 9 octobre un siège total à la bande de Gaza, qui provoque de graves pénuries d'eau, de nourriture, de médicaments, d'électricité, tandis que l'aide humanitaire, dont l'entrée est soumise au feu vert israélien, n'arrive qu'au compte-gouttes depuis l'Egypte.

Le carburant, nécessaire au fonctionnement des générateurs dans les hôpitaux et aux équipements de dessalinisation de l'eau, manque aussi.

Le gouvernement israélien a cependant autorisé la livraison d'un "supplément minimal" de carburant à Gaza pour éviter un "effondrement humanitaire" et des épidémies, deux jours après un appel en ce sens des Etats-Unis, son allié.

Jeudi, le chef des opérations humanitaires de l'ONU Martin Griffiths a déclaré voir des "signes prometteurs" de l'ouverture "prochaine" du passage de Kerem Shalom entre Israël et Gaza, qui, avec le poste-frontière de Rafah, assurerait un second accès à l'aide humanitaire.

Selon l'ONU, 1,9 million de personnes, soit environ de 85% la population, ont été déplacées par la guerre dans la bande de Gaza où plus de la moitié des habitations sont détruites ou endommagées.

La ville de Rafah est le seul endroit où de l'aide humanitaire est encore distribuée, en quantité limitée, selon l'ONU.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Israël-Hamas : de violents combats dans la ville de Khan Younès

"L'enfer sur terre" : la situation humanitaire se dégrade à Gaza

Gaza : des frappes israéliennes sur un camp de réfugiés font plus de 80 morts, selon le Hamas