Essequibo : Guyana et Venezuela n'auront pas recours "à la force" mais campent sur leurs positions

Le premier ministre du Guyana Roosevelt Skerrit après le sommet avec le Venezuela
Le premier ministre du Guyana Roosevelt Skerrit après le sommet avec le Venezuela Tous droits réservés Lucanus D. Ollivierre/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Lors d'un mini sommet, les deux pays ont confirmé renoncer à l'usage de la force et s'engagent à s'abstenir d'intensifier tout conflit.

PUBLICITÉ

Après d'inquiétants mouvements militaires ces derniers jours, le Guyana et le Venezuela sont finalement tombés d'accord pour ne pas utiliser "la force l'un contre l'autre" dans le cadre de leur différend historique sur le territoire de l'Essequibo, campant toutefois sur leurs positions, lors du sommet entre leurs chefs d'Etat jeudi à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

"Le Guyana et le Venezuela s'accordent pour ne pas se menacer ou utiliser la force l'un contre l'autre sous aucun prétexte", selon la déclaration commune lue à la presse, à l'issue de la rencontre entre les présidents guyanien Irfaan Ali et vénézuélien Nicolas Maduro.

Les deux pays se sont aussi engagés à "s'abstenir en paroles, en actes, d'intensifier tout conflit" entre eux.

La tension était montée d'un cran entre les deux pays depuis le lancement en septembre d'appels d'offres pétroliers par le Guyana, puis le référendum organisé en réaction le 3 décembre au Venezuela sur un rattachement de l'Essequibo, territoire de 160 000 km2 riche en pétrole et ressources naturelles, administré par Georgetown et revendiqué par Caracas.

Le sommet de jeudi visait à faire retomber cette tension après des déclarations vigoureuses de part et d'autre.

Une nouvelle réunion aura lieu "dans les trois mois" au Brésil, selon l'accord. Celso Amorim, un conseiller du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, participait à la réunion.

Les deux présidents se sont serrés la main devant les caméras avant et après la réunion mais ils ne se sont pas présentés devant la presse.

Les deux chefs d'Etat ont campé sur leurs positions à l'image du président Irfaan Ali qui portait un bracelet avec la carte de son pays comprenant l'Essequibo.

Le Venezuela soutient que le fleuve Essequibo devrait être la frontière naturelle, comme en 1777 à l'époque de l'empire espagnol. Caracas estime que l'accord de Genève signé en 1966 - avant l'indépendance du Guyana - jette les bases d'un règlement négocié qui doit se poursuivre.

Le Guyana estime que la frontière entre les deux pays date de l'époque coloniale anglaise et que celle-ci a été entérinée en 1899 par une Cour d'arbitrage à Paris. C'est cette frontière qui est en vigueur.

Mais, la déclaration du sommet "note que le Guyana veut continuer la procédure en cours devant la Cour internationale de justice" (CIJ) de La Haye, la plus haute juridiction de l'ONU, et "note que le Venezuela ne reconnaît pas sa compétence".

Le président Irfaan Ali, qui a parlé aux journalistes avant la lecture de la déclaration commune, avait réaffirmé "la défense de notre intégrité territoriale et de notre souveraineté".

"Le Guyana a tout le droit (...) de faciliter tout investissement, tout partenariat (....), de délivrer toute licence, d'octroyer toute concession dans notre espace souverain", a-t-il lancé.

"Le Guyana n'est pas l'agresseur, le Guyana ne cherche pas la guerre, mais le Guyana se réserve le droit de travailler avec tous ses partenaires pour assurer la défense de notre pays", a-t-il aussi lancé, alors que Caracas a accusé à maintes reprises le Guyana d'être aux ordres des Etats-Unis et de la compagnie pétrolière ExxonMobil.

A son arrivée dans l'archipel, le président Maduro avait indiqué : "Je viens avec un mandat du peuple vénézuélien, avec une parole de dialogue, avec une parole de paix, mais pour défendre nos droits".

La non-reconnaissance de la CIJ était une des cinq questions que le pouvoir avait fait figurer dans le référendum. Plus de 95% des Vénézuéliens, selon les résultats contestés du scrutin, ont soutenu cette position.

Quelque 125 000 personnes, soit un cinquième de la population du Guyana, vivent dans ce territoire couvrant les deux tiers de sa superficie.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, qui a remercié le Brésil pour son "leadership", a réaffirmé jeudi la position des Etats-Unis, selon laquelle, "la frontière terrestre entre le Venezuela et le Guyana doit être respectée à moins que - ou jusqu'à ce que - les parties parviennent à un nouvel accord - ou qu'un organe juridique compétent en décide autrement".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : Nicolas Maduro mobilise son armée après l'arrivée d'un navire de guerre britannique

Venezuela : un "oui" massif pour l'intégration d'un territoire appartenant au Guyana

L'Espagne accueille des réfugiés venus d'Amérique latine