Venezuela : Nicolas Maduro mobilise son armée après l'arrivée d'un navire de guerre britannique

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, s'exprime lors de la cérémonie de notification du référendum sur l'avenir d'un territoire contesté avec la Guyane, à Caracas, au Ven
Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, s'exprime lors de la cérémonie de notification du référendum sur l'avenir d'un territoire contesté avec la Guyane, à Caracas, au Ven Tous droits réservés Ariana Cubillos/AP
Par Somaya Aqad, Euronews, Agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après la venue d’un navire de guerre britannique au Guyana, le président Vénézuélien a annoncé des exercices militaires de ses forces armées non loin des côtes d’Essequibo, un territoire situé au Guyana, revendiqué par Caracas.

PUBLICITÉ

Au Venezuela, le président Nicolas Maduro, a demandé au gouvernement guyanien d’annuler la visite d’un patrouilleur britannique. Ce navire de guerre de la Marine du Royaume-Uni participera à des exercices militaires près des côtes du Guyana, ancienne colonie Britannique.

Pour Caracas, cette mesure est "un acte de provocation hostile et une violation de l’Accord d'Argyle," un document, qui avait signé le 14 décembre 2023 entre le Guyana et le Venezuela pour maintenir la paix entre les deux pays.

"Le Venezuela a respecté les accords d'Argyle, mais il ne peut rester inactif face à une menace", a déclaré M. Maduro dans une salle où il était accompagné d'une douzaine de commandants militaires.

Le Venezuela et le Guyana sont actuellement impliqués dans un différend frontalier concernant l'Essequibo, une région peu peuplée de la taille de la Floride qui possède de vastes gisements de pétrole au large de ses côtes.

La région est sous le contrôle du Guyana depuis des décennies, mais en décembre, le Venezuela a relancé sa revendication historique sur l'Essequibo par le biais d'un référendum au cours duquel il a demandé aux électeurs du pays si l'Essequibo devait être transformé en un État vénézuélien.

6 000 soldats mobilisés

Nicolas Maduro a déclaré que 6 000 soldats vénézuéliens, y compris les forces aériennes et navales, mèneraient des opérations conjointes au large de la côte orientale du pays, près de la frontière avec la Guyana.

Les exercices militaires des forces armées vénézuéliennes auront lieu près des côtes d’Essequibo, le territoire réclamé par Caracas, actuellement situé au Guyana. Selon la hiérarchie militaire, le personnel est déjà prêt pour l’opération.

Face à l'escalade des tensions dans la région, les dirigeants des deux pays se sont rencontrés sur l'île de Saint-Vincent, dans les Caraïbes, le 14 décembre, et ont signé un accord stipulant qu'ils résoudraient leur différend par des moyens non violents.

Au cours des discussions, le président du Guyana, Irfan Ali, a toutefois déclaré que son pays se réservait le droit de travailler avec ses partenaires pour assurer la défense de son pays.

L'arrivée du patrouilleur n'est pas connue

Jeudi, les autorités guyanaises ont décrit la visite du HMS Trent comme une activité planifiée visant à améliorer les capacités de défense du pays et ont déclaré que la visite du navire se poursuivrait comme prévu.

"Rien de ce que nous faisons ou avons fait ne menace le Venezuela", a déclaré le vice-président de la Guyane, Bharrat Jagdeo, à la presse à Georgetown, la capitale du pays.

Le HMS Trent est un navire de patrouille et de sauvetage qui a récemment été utilisé pour intercepter des trafiquants de drogue au large de la côte ouest de l'Afrique. Il peut accueillir jusqu'à 30 marins et un contingent de 18 marines, et est équipé de canons de 30 mm et d'une plate-forme d'atterrissage pour hélicoptères et drones.

Le navire avait été envoyé à la Barbade début décembre pour intercepter les trafiquants de drogue, mais sa mission a été modifiée le 24 décembre, lorsqu'il a été envoyé en Guyana.

Les autorités n'ont pas précisé quand il devrait arriver sur les côtes guyanaises.

Le ministère de la défense du Royaume-Uni a déclaré que le navire mènerait des opérations conjointes avec les forces de défense du Guyana.

Cette nation de 800 000 habitants dispose d'une petite armée composée de 3 000 soldats, 200 marins et quatre petits bateaux de patrouille connus sous le nom de Barracudas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États-Unis - Venezuela : échange de prisonniers entre Washington et Caracas

Essequibo : Guyana et Venezuela n'auront pas recours "à la force" mais campent sur leurs positions

Venezuela : un "oui" massif pour l'intégration d'un territoire appartenant au Guyana