EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le jeune Britannique retrouvé en France rapatrié "rapidement", selon le procureur

Le palais de justice de Toulouse, archive
Le palais de justice de Toulouse, archive Tous droits réservés CHARLY TRIBALLEAU/AFP or licensors
Tous droits réservés CHARLY TRIBALLEAU/AFP or licensors
Par euronews avec agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le jeune Britannique de 17 ans, disparu en 2017 et retrouvé cette semaine en France, près de Toulouse, a été mis "à l'abri" par les services sociaux et doit être rapatrié "rapidement".

PUBLICITÉ

"On attend que la grand-mère vienne le chercher. On attend de mettre en place avec les Britanniques le rapatriement", a déclaré à l'AFP le procureur de la République à Toulouse Samuel Vuelta-Simon.

"Il est à l'abri. Les services sociaux l'ont pris en charge", a-t-il ajouté sans préciser le lieu exact où se trouvait Alex Batty.

"On est en contact, bien entendu, avec la police britannique (...) On est en lien étroit avec eux pour organiser" ce rapatriement, a-t-il encore dit, précisant "la reconnaissance est bien établie, il n'y a pas de souci".

La police du Grand Manchester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, d'où est originaire l'adolescent, avait indiqué jeudi dans un communiqué être en contact avec les autorités françaises pour obtenir des précisions.

"C'est une recherche complexe et longue. Il est nécessaire de mener des investigations supplémentaires", avait précisé un porte-parole de la police du Grand Manchester.

D'après la BBC, qui cite une source policière, le jeune homme, qui est en bonne santé, a affirmé ne pas avoir subi de mauvais traitements.

Alors âgé de 11 ans, il avait disparu à l'étranger lors de vacances avec sa mère et son grand-père, rappelle le média britannique.

Sa grand-mère, qui en avait la garde, avait déclaré à la BBC en 2018 qu'elle pensait que la mère d'Alex et le grand-père l'avaient emmené vivre dans une "communauté spirituelle" au Maroc.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives