EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Depardieu : la Légion d'honneur n'est "pas là pour faire la morale", dit Macron

AP
AP Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le président Emmanuel Macron a affirmé mercredi que la Légion d'honneur est un Ordre qui n'est "pas là pour faire la morale", tout en dénonçant "une chasse à l'homme" contre l'acteur Gérard Depardieu

PUBLICITÉ

"Il y a une chose dans laquelle vous ne me verrez jamais, ce sont les chasses à l'homme. Je déteste ça", a répondu le chef de l'Etat sur la chaîne de télévision France5.

La ministre de la Culture Rima Abdul Malak avait annoncé sur la même chaîne vendredi qu'une "procédure disciplinaire" serait engagée par la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur à l'encontre de l'acteur, visé par deux plaintes en France pour viol et agression sexuelle, et mis en examen dans l'un des deux cas. L'acteur réfute ces accusations.

Le président de la République s'est dit "grand admirateur de Gérard Depardieu (...) un immense acteur". "Il a fait connaître la France, nos grands auteurs, nos grands personnages dans le monde entier (...) il rend fier la France", a poursuivi Emmanuel Macron, contre-disant la ministre de la Culture.

Dans la même émission, "C à vous", Rima Abdul Malak avait estimé vendredi que les propos de l'acteur rapportés dans le reportage "Complément d'enquête" font "honte à la France".

Dans ces images, diffusées sur France 2 début décembre, le géant du cinéma français, connu pour avoir interprété le commissaire Maigret comme Cyrano, multiplie les propos misogynes et insultants en s'adressant à des femmes, n'épargnant pas une fillette avec ses propos obscènes.

Emmanuel Macron a jugé mercredi que Rima Abdul Malak s'est "avancée" en parlant d'une procédure qui pourrait ôter la distinction de l'acteur.

"Il y a parfois des emballements sur des propos tenus. Je me méfie du contexte", a-t-il insisté. Et d'ajouter: "La Légion d'honneur "est un Ordre dont je suis en effet le grand maître, qui n'est pas là pour faire la morale".

"Et donc ce n'est pas sur la base d'un reportage ou de telle ou telle chose qu'on enlève la Légion d'honneur à un artiste parce qu'à ce tarif là, on aurait enlevé la Légion d'honneur à beaucoup d'artistes", a encore souligné le président de la République.

Et de conclure: "vous pouvez accuser quelqu'un, il y a peut-être des victimes, mais il y a aussi une présomption d'innocence qui existe", craignant sinon de basculer dans "l'ère du soupçon".

Olivier Faure, le patron du PS, a critiqué ces propos sur ses réseaux sociaux: "Les violences faites aux femmes grande cause du quinquennat... Ce président ne croit à rien de ce qu'il annonce quels que soient les sujets".

"Les mots d'Emmanuel Macron au sujet de Depardieu sont encore une fois une insulte au mouvement de libération de la parole des victimes de violences sexuelles", a également taclé sur ses réseaux la députée écologiste Sandrine Rousseau.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"N'effacez pas Gérard Depardieu" : plus de 50 artistes dénoncent le "lynchage" de l'acteur français

Emmanuel Macron a accepté la démission de son premier ministre Gabriel Attal

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives