L'Ukraine et la Pologne veulent apaiser leurs tensions, face à la Russie

Le président Ukrainien Volodymyr Zelensky avec le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski , à Kyiv, en Ukraine, le vendredi 22 décembre 2023.
Le président Ukrainien Volodymyr Zelensky avec le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski , à Kyiv, en Ukraine, le vendredi 22 décembre 2023. Tous droits réservés Ukrainian Presidential Press Office via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le nouveau ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski s'est rendu pour son premier voyage à l'étranger chez l'allié ukrainien.

PUBLICITÉ

Le nouveau chef de la diplomatie polonaise a affiché vendredi au cours d'un voyage à Kyiv sa volonté de mettre fin aux tensions entre son pays et l'Ukraine, s'engageant à la soutenir dans son "combat titanesque" contre la Russie.

La Pologne est l'un des principaux soutiens de l'Ukraine en Europe mais les relations entre ces deux Etats voisins avaient connu un froid ces derniers mois sur fond de disputes commerciales. Cette page semble tournée avec la récente arrivée au pouvoir des pro-européens à Varsovie.

Le nouveau ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski s'est ainsi rendu pour son premier voyage à l'étranger chez l'allié ukrainien afin de lui signifier la poursuite de l'appui de la Pologne face à Moscou.

"Dans ce combat titanesque, monsieur le ministre, la Pologne est à vos côtés", a déclaré M. Sikorski à son homologue ukrainien Dmytro Kouleba, fustigeant une Russie qui "bombarde des villes, détruit des provinces entières, déporte des enfants et se prépare à anéantir un voisin qui n'a rien fait de mal".

Le ministre polonais a appelé l'Union européenne et les Etats-Unis à "mobiliser" leur économie et leurs moyens de production pour armer l'Ukraine, soulignant que la Russie était, quant à elle, "passée à une économie de guerre".

"Nous ne pouvons pas permettre à la Russie de produire davantage sur la base d'une économie beaucoup plus petite (...) Si l'Occident se mobilise, je n'ai aucun doute sur sa victoire mais il doit enfin commencer à se mobiliser", a lancé M. Sikorski devant les journalistes.

Il a en outre estimé que "l'impasse" dans laquelle se trouvait la situation sur le front - reprenant une expression du commandant en chef de l'armée ukrainienne Valery Zaloujny - était un "test" pour l'amitié entre Kyiv et Varsovie.

"Nouvel élan"

Tout en qualifiant la visite de Radoslaw Sikorski de "signe d'amitié", M. Kouleba a dit espérer trouver une "solution" face à la principale source de tensions entre leurs deux pays : le blocage de la frontière par des routiers polonais.

Le président Volodymyr Zelensky a pour sa part souligné avoir discuté avec M. Sikorski de coopération militaire et de "mise en place de productions communes". Les deux hommes ont convenu de donner "un nouvel élan" aux relations entre leurs pays, selon la présidence.

Le voyage de M. Sikorski intervient dans un contexte d'effritement du soutien occidental à Kyiv, tant en Europe qu'aux Etats-Unis, une tendance dont le Kremlin se réjouit.

Comme un rappel du conflit, des sirènes avertissant des attaques aériennes ont résonné pendant sa visite, sur fond d'intensification des frappes russes sur la capitale ukrainienne ces dernières semaines.

"La Russie doit perdre et l'Ukraine doit gagner. Et, sur cette question, indépendamment de qui sera au pouvoir en Pologne, comme vous pouvez le voir, nous sommes unis", a par ailleurs lâché le ministre polonais.

Agriculture et commerce

Dmytro Kouleba a salué le choix de Kyiv pour le premier voyage de M. Sikorski après sa nomination. "C'est un signe de respect envers l'Ukraine", a-t-il jugé, insistant sur le fait que leurs deux pays ont "un ennemi commun".

Les relations entre Kyiv et Varsovie sont empoisonnées depuis des mois par plusieurs différends commerciaux.

Des routiers polonais bloquent ainsi depuis début novembre des points de passage à la frontière pour protester contre la "concurrence déloyale" de leurs collègues ukrainiens, ce qui a fait perdre à l'Ukraine des centaines de millions d'euros, selon Kyiv.

"La première chose à faire est de débloquer la frontière car la situation dans laquelle nos relations amicales se trouvent, dans l'ombre de la frontière bloquée, est inacceptable et préjudiciable", a martelé M. Kouleba vendredi.

Un autre dossier épineux est celui des exportations de produits agricoles ukrainiens vers la Pologne, qui y ont provoqué l'effondrement des prix locaux et l'ont poussée - aux côtés d'autres pays d'Europe de l'Est - à instaurer un embargo.

"Nous devons rétablir les conditions d'une concurrence loyale pour que tout le monde profite du commerce et des transports. Et je pense que ce que nous nous sommes dit peut conduire à des solutions", a dit M. Sikorski.

PUBLICITÉ

Quelques heures avant son arrivée à Kyiv, la Russie a lancé une nouvelle attaque de drones sur la capitale ukrainienne dans laquelle deux personnes ont été blessées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pologne : le président va gracier deux élus du PiS

La Pologne fragilisée par une crise politique et institutionnelle

En Pologne, de nouveaux ministères pour rapprocher le pays de l'UE