Otan : la Commission parlementaire turque approuve l'adhésion de la Suède

Le hall du siège de l'Otan, mercredi 16 novembre 2022 à Bruxelles, Belgique.
Le hall du siège de l'Otan, mercredi 16 novembre 2022 à Bruxelles, Belgique. Tous droits réservés AP Photo/Olivier Matthys
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les députés turcs ont entrouvert mardi les portes de l'Otan à la Suède et devraient définitivement valider son entrée sans tarder, après approbation du Protocole d'adhésion en échange d'un possible engagement américain sur les avions F-16.

PUBLICITÉ

La Commission des Affaires étrangères du parlement à Ankara a approuvé le texte après 19 mois de suspense et l'a transmis à l'Assemblée plénière pour adoption définitive, une formalité qui devrait suivre dans les heures ou les jours qui viennent mais à un moment - ou une date - qui n'a pas encore été précisé.

La Turquie était le dernier membre de l'Alliance atlantique avec la Hongrie à barrer la route à la Suède, multipliant exigences et prétextes pour justifier ses réticences.

Une décision aussitôt saluée par le ministre suédois des Affaires étrangères Tobias Billström : "Nous nous réjouissons de devenir membre de l'Otan", a-t-il déclaré au site de la télévision publique SVT Nyheter.

La Suède avait déposé sa candidature en même temps que la Finlande - admise en avril - après le début de la guerre russe en Ukraine.

"Nous observons un changement dans la politique de la Suède, quelques décisions adoptées par les tribunaux", a remarqué lundi sur la chaîne privée NTV Fuat Oktay, député AKP (le parti au pouvoir), président de la Commission des affaires étrangères du Parlement turc.

"On avait encore quelques demandes pour des avancées supplémentaires" en matière de lutte anti-terroriste, a-t-il ajouté sans autre détail.

"Terroristes" et F16 américains

Le président Recep Tayyip Erdogan objectait depuis le début du processus de la mansuétude supposée de Stockholm envers certains groupes kurdes, qu'il considère comme terroristes.

Il semble surtout qu'après un long silence de Washington, un entretien téléphonique mi-décembre avec le président américain Joe Biden ait fini de vaincre les réticences de M. Erdogan.

Annoncé comme une simple formalité en novembre, y compris par le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan, qui parlait de "quelques semaines", l'examen du protocole d'adhésion avait capoté après une seule réunion.

Début décembre, M. Erdogan ajoutait alors comme condition à la ratification d'Ankara celle, "simultanée", par le Congrès américain de la vente d'avions de chasse F-16 à la Turquie.

"Tout ceci est lié", prévenait-il.

La Turquie avait déjà joué cette carte pour tenter d'obtenir un feu vert américain à la vente des F-16, dont elle a besoin pour moderniser sa force aérienne.

Le gouvernement américain n'est pas hostile à cette vente mais le Congrès l'a bloquée jusqu'ici pour des raisons politiques, dont les tensions avec la Grèce - elle-aussi membre de l'Otan - dont Ankara s'est récemment rapproché.

"Il semble désormais évident que les deux processus vont avancer en parallèle", a indiqué à l'AFP le directeur du German Marshall Fund à Ankara, Ozgur Unluhisarcikli.

Mais, "bien que les questions ne soient pas liées, les déclarations de la Turquie - et de son président - soutenant le Hamas ont encore compliqué le processus de vente des F-16", relève l'expert.

Selon lui, "il n'y a pas vraiment de consensus au sein du Parlement truc, ni au congrès américain".

"Mais si MM. Biden et Erdogan font preuve de la volonté requise, nous pouvons espérer un dénouement proche".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Turcs accueillent en héros leur premier astronaute

Turquie : une attaque contre un Palais de justice d’Istanbul a fait un mort et cinq blessés

Turquie : l'Etat islamique revendique l'attaque contre une église, les deux assaillants arrêtés