En tournée dans les pays baltes, Zelensky appelle à défendre "la souveraineté" face au "voisin fou"

AP
AP Tous droits réservés AP/Ukrainian Presidential Press Office
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Volodymyr Zelensky entame une visite de deux jours dans les trois pays baltes et plaide pour la défense de la "souveraineté" face au "voisin fou"

PUBLICITÉ

Deux jours dans les trois pays baltes au moment où l'Ukraine désespère d'obtenir davantage de missiles pour renforcer sa défense anti-aérienne.

Volodymyr Zelensky entame sa tournée par la Lituanie.

Le président Gitanas Nauseda dit espérer "une victoire complète de l'Ukraine aussi vite que possible".

Les trois états baltes ont retrouvé leur indépendance à la chute de l'Union soviétique et sont les plus fidèles soutiens de l'Ukraine.

Le président ukrainien a déclaré : "Nous avons tous la malchance d'avoir ce voisin fou ce qui engendre le malheur et la non-liberté. Mais nous ne deviendrons jamais à nouveau prisonniers de la géographie et nous n'autoriserons pas la Russie à détruire ni notre souveraineté ni la vôtre, car nous sommes ensemble et nous unissons avec d'autres pour être assez puissants."

Ces dernières semaines, la Russie a intensifié ses attaques de missiles et de drones sur son voisin ukrainien.

Du nord au sud de la ligne de front, des localités ukrainiennes sont prises pour cible.

Face aux bombardements, l'Ukraine voit s'épuiser les ressources en missiles de sa défense anti-aérienne.

L'aide financière américaine est bloquée par le Congrès et l'Union européenne n'a pas rempli sa promesse de fournir en 12 mois un million d'obus d'artillerie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au moins deux enfants de Roman Abramovich auraient la nationalité lituanienne

Une adhésion de l'Ukraine rendra l'Otan "plus forte", martèle Zelensky à Vilnius

Volodymyr Zelensky dévoile les pertes humaines ukrainiennes, 31 000 soldats auraient été tués