Les Serbes de Bosnie célèbrent leur indépendance malgré tout

Le leader politique serbe de Bosnie Milorad Dodik, au centre, à Banja Luka, le 9 janvier 2024.
Le leader politique serbe de Bosnie Milorad Dodik, au centre, à Banja Luka, le 9 janvier 2024. Tous droits réservés Radivoje Pavicic/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Près de trente ans après la guerre de Bosnie, la communauté serbe a de nouveau célébré son "indépendance" de la Bosnie-Herzégovine.

PUBLICITÉ

Près de trente ans après la fin de la guerre de Bosnie, qui a fait plus de 102 000 morts, les brûlures de l'histoire ont toujours du mal à cicatriser entre les communautés croates, serbes et les Bosniaques.

Côté serbe, les autorités de la République serbe (Republika Srpska) ont ainsi marqué ce mardi le 31e anniversaire de la fondation de l’entité malgré une décision rendue en 2015 par la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine selon laquelle les célébrations du 9 janvier étaient inconstitutionnelles.

En ce jour férié, les quelque 1,2 million habitants de la Republika Srpska étaient donc, comme chaque année, invités à chômer. 

Le 9 janvier 1992, l'Assemblée serbe de Bosnie avait publié une déclaration proclamant l'indépendance de la Republika Srpska de Bosnie-Herzégovine. Un mouvement de sécession né des décombres de l'ex-Yougoslavie et qui conduira le pays dans une guerre particulièrement meurtrière.

Mardi après-midi, un défilé cérémonial a eu lieu sur la place Krajina à Banja Luka et le leader leader nationaliste serbe de Bosnie, Milorad Dodik, a pris la parole affirmant que "tous ceux qui tentent de nous interdire de célébrer cette journée échoueront".

Le leader nationaliste, pro-russe, a ouvertement appelé à la sécession et défié les sanctions américaines et britanniques imposées pour sa politique.

Les États-Unis ont averti de leur côté que les célébrations constituaient une violation de la constitution bosniaque et de l'accord de paix de 1995 et constituaient en tant que telles une infraction pénale.

Dans un communiqué, l'ambassade américaine à Sarajevo a exhorté les autorités judiciaires bosniennes à "enquêter sur toute violation de la loi" liée à la célébration du 9 janvier.

Durant la guerre, les Serbes de Bosnie ont expulsé et tué les Bosniaques, qui sont pour la plupart musulmans, et les Croates des territoires qu'ils contrôlaient. Le conflit a pris fin en 1995 par un accord de paix négocié par les États-Unis.

Les accords de Dayton ont créé des entités serbes et bosniaques-croates en Bosnie, maintenues ensemble par de faibles institutions centrales communes.

Les Serbes de Bosnie ont cependant cherché à obtenir autant d’indépendance que possible.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une marche de la paix, pour ne pas oublier le génocide de Srebrenica

Peines alourdies pour deux chefs du renseignement de l'ex-président serbe Slobodan Milosevic

Les Serbes incités à remettre leurs armes illégales à la police, après les fusillades