Démographie en Europe : "l'Europe doit trouver une issue" (commissaire)

Baisse de la natalité, vieillissement de la population, manque de main d'oeuvre, les défis sont nombreux pour les pays de l'UE.
Baisse de la natalité, vieillissement de la population, manque de main d'oeuvre, les défis sont nombreux pour les pays de l'UE. Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors qu'en France, la natalité a enregistré en 2023 son taux le plus bas depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, selon les données publiée le 16 janvier par l'Insee, la question de la démographie fait partie des grands enjeux du continent européen.

PUBLICITÉ

Euronews s'est entretenu avec la commissaire Dubravka Suica, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la démocratie et de la démographie à l'occasion d'un sommet sur la démographie qui s'est tenu à Athènes, en Grèce.

"L'Europe n'est pas un continent vieillissant, mais un continent où l'on vit plus longtemps", souligne d'emblée la commissaire. Et de préciser que cette tendance constituait une aubaine pour les nations européennes face à la pénurie de main d'oeuvre, notamment. 

"Nous n'avons pas assez de personnes, nous n'avons pas assez de capital humain ici en Europe, mais aussi en Grèce, et dans de nombreux autres E__tats membres", insiste la commissaire qui rappelle qu'elle a présenté en octobre dernier une nouvelle feuille de route pour faire face à ce défi crucial.

Car entre la baisse de la natalité constatée, le vieillissement massif de la population et la pénurie de compétences, le marché du travail en Europe a tendance à se raidir, ce qui accroît la pression sur les entreprises et les finances publiques. Une équation inquiétante car plus le nombre de retraités augmente et plus les pensions et les cotisations sociales risquent de diminuer.  

Dans la boîte à outil qui a été présentée en octobre, la commissaire a détaillé quatre piliers pour gérer l'évolution démographique européenne. Le premier pilier repose sur le soutien des parents en leur permettant de mieux concilier vie de famille et travail tout en  en leur garantissant un accès à des services de garde d'enfants. 

Le second pilier vise à soutenir la jeunesse afin de développer leurs compétences pour leur permettre d'accéder à l'emploi et à un logement.

Le troisième pilier se focalise sur les générations plus âgées : la Commission encourage les Etats à "agir et préserver leur prospérité en menant des réformes combinées à des politiques appropriées concernant le marché de l'emploi et les lieux de travail".

Si le troisième pilier n'est pas anodin, puisqu'il encourage les Etats à augmenter le taux d'emploi des seniors, c'est le quatrième pilier qui a aussi beaucoup crispé puisque la Commission explique que, "s'il y a lieu", pour "remédier aux pénuries de main-d'œuvre", les Etats devrait pouvoir recourir "à une migration légale gérée, en pleine complémentarité avec la mise à profit des talents de l'UE".

"L’Europe doit trouver une issue", souligne Dubravka Suica. "C'est donc la raison pour laquelle nous avons installé le quatrième pilier, qui concerne les migrants et quand je dis migrants, j__e veux dire les migrants légaux. Je sais que ce sujet est très sensible. Nous parlons de fuite des cerveaux, mais pas seulement de fuite des cerveaux, [nous parlons] du gain de cerveau et de la circulation des cerveaux. Ces personnes peuvent ainsi acquérir des connaissances ici en Europe et rentrer chez elles."

Pour aider les Etats à relever les défis de la démographie, la commissaire Suica a déclaré à Euronews que l'UE fournissait des outils pour le logement, l'exploitation du marché commun et les infrastructures, en particulier dans les zones rurales, tout en précisant que si les nouvelles technologies numériques pourraient aider celle-ci ne pourraient pas remplacer l’humain dans de nombreuses tâches et actions sociales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sanctions contre la Russie : de nouvelles mesures annoncées par l'Occident

Ukraine : le bilan de deux ans de guerre en chiffres

La Pologne garantit des livraisons militaires à l'Ukraine