Joe Biden promet de répondre à la mort de soldats américains en Jordanie

Le président américain Joe Biden à Columbia en Caroline du Sud, le 28 janvier 2024.
Le président américain Joe Biden à Columbia en Caroline du Sud, le 28 janvier 2024. Tous droits réservés Jacquelyn Martin/Copyright 2024 The AP
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trois soldats américains sont morts et une trentaine ont été blessés dans une attaque de drone en Jordanie ce dimanche.

PUBLICITÉ

Les bases de l'armée américaine sont régulièrement la cible d'attaques depuis le début de la guerre en Israël et le Hamas. Il s'agit des premiers soldats américains morts depuis le début du conflit le 7 octobre dernier. 

Le président américain a désigné des groupes armés soutenus par l'Iran comme étant les perpétrateurs de l'attaque. 

L'Etat d'Israël a quant à lui poursuivi ses raids aériens sur le Liban ce dimanche. L'armée israélienne a déclaré avoir frappé plusieurs infrastructures appartenant au Hezbollah, qu'elle a qualifiées de "terroristes". Le groupe islamiste a confirmé avoir perdu 3 de ses membres dans l'attaque.

Au même moment le chef de la C.I.A. Bill Burns organisait une rencontre multilatérale à Paris afin de discuter d'une pause temporaire des hostilités à Gaza et de la possible libération des otages encore détenus par le Hamas. Ils seraient environ 130, mais le nombre d'entre eux possiblement décédés ces dernières semaine reste inconnu. 

Les services de renseignements égyptiens, israéliens et qataris étaient conviés. Peu d'éléments ont été communiqués à la presse à la suite de cette réunion, si ce n'est qu'une première phase de 30 jours serait envisagée pour libérer en priorité les otages blessés, ainsi que les personnes âgées et les femmes. 

Pendant ce temps à Jérusalem, l'organisme d'extrême droite Nahala a lancé des appels au retour des colonies israéliennes à Gaza et en Cisjordanie lors une conférence ayant réuni des milliers de participants. 

Les colonies israéliennes de la bande de Gaza avaient été abandonnées en 2005, après que l'ancien Premier ministre Ariel Sharon avait lancé son plan pour un désengagement unilatéral de l'enclave.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Frappes massives américaines en Syrie et en Irak : au moins 18 combattants pro-Iran tués

Guerre Israël-Hamas : des milliers de civils fuient les combats de Khan Younès

Une délégation du Hamas au Caire pour négocier les conditions d'un cessez-le-feu