Frappes massives américaines en Syrie et en Irak : au moins 18 combattants pro-Iran tués

Image de la base jordanienne après un bombardement qui a tué trois soldats américains le 28 janvier 2024.
Image de la base jordanienne après un bombardement qui a tué trois soldats américains le 28 janvier 2024. Tous droits réservés Planet Labs PBC/AP
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Au mois 18 combattants pro-iraniens ont été tués vendredi dans des frappes américaines menées dans l'est de la Syrie et en Irak. Cette riposte survient après la mort de trois militaires américains tués en Jordanie le week-end dernier.

PUBLICITÉ

Joe Biden avait promis vendredi une riposte lors des obsèques des trois soldats américains tués la semaine dernière sur une base jordanienne. La menace n'a pas tardé : les États-Unis ont mené vendredi des frappes visant des forces d'élite iraniennes et des groupes pro-iraniens en Irak et en Syrie.

Une attaque massive : selon la Maison Blanche, des avions de combat américains ont visé 85 cibles sur sept sites différents - trois en Irak et quatre en Syrie - faisant au moins 18 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. Ce sont les combattants du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, armée idéologique du régime iranien, et son unité d'élite qui ont été frappés. 

Des centres de commandement et de renseignement, ainsi que des infrastructures de stockage de drones et de missiles appartenant à des milices et à des forces iraniennes ont été détruits. 

Bagdad a immédiatement dénoncé une "violation de la souveraineté irakienne", tandis que les États-Unis ont affirmé "avoir prévenu le gouvernement irakien avant les frappes".

L'amée américaine a diffusé la photo des trois soldats tués en Jordanie par un drone le 28 janvier 2024.
L'amée américaine a diffusé la photo des trois soldats tués en Jordanie par un drone le 28 janvier 2024.AP/AP

Ce raid américain fait suite à la mort des trois soldats tués en Jordanie, près de la frontière syrienne, où 350 soldats américains sont stationnés dans le cadre de la lutte contre le groupe État islamique. Leurs corps ont été rapatriés aux Etats-Unis vendredi.

Rapidement, les États-Unis ont montré du doigt des groupes armés irakiens soutenus par l'Iran. Depuis le mois d'octobre, les forces américaines en Irak et en Syrie ont subi au moins 165 attaques de drones ou tirs de roquette, selon un responsable officiel mais c'était la première fois que des soldats américains perdaient la vie.

Ces attaques sont liées au conflit opposant Israël au Hamas.

Joe Biden devant les cercueils des trois soldats tués en Jordanie, vendredi 2 février 2024.
Joe Biden devant les cercueils des trois soldats tués en Jordanie, vendredi 2 février 2024.Matt Rourke/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Ces deux dernières semaines, les Etats-Unis ont par ailleurs procédé à plusieurs frappes aériennes au Yémen pour protéger le trafic maritime en Mer Rouge contre les milices houthies pro-iraniennes.

Joe Biden a déjà prévenu que la riposte continuerait "selon le calendrier et aux endroits" que Washington "décider(a)".

Nombre d'experts à Washington pensent que l'Iran ne prendra pas le risque d'un conflit direct avec la première puissance mondiale mais qu'il s'est renforcé depuis la guerre à Gaza et son soutien au Hamas en ralliant davantage d'appuis dans le monde arabe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles

Joe Biden promet de répondre à la mort de soldats américains en Jordanie

Irak : les États-Unis éliminent un commandant de Brigades du Hezbollah