Le Haut commandant de l'armée ukrainienne sur un siège éjectable ?

Le général Valery Zaluzhny, le 28 juillet 2023.
Le général Valery Zaluzhny, le 28 juillet 2023. Tous droits réservés AP/Ukrainian Presidential Press Office
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Selon le Washington Post, les autorités ukrainiennes ont informé Joe Biden sur le possible limogeage du Haut commandant militaire ukrainien Valery Zaluzhny en désaccord stratégique avec le président Zelensky. Mais l'information n'a pas été confirmée à Kyiv.

PUBLICITÉ

Alors que l'agression russe en Ukraine ne faiblit pas, le haut commandant militaire ukrainien, le général Valery Zaluzhny, est-il sur un siège éjectable ?

Seule certitude, selon un article du Washington Post publié vendredi, le gouvernement ukrainien aurait bel et bien informé la Maison Blanche que le président Volodymyr Zelensky avait décidé de licencier le général Zaluzhny.

Selon le Washington Post, les autorités américaines se seraient contentées de prendre acte de cette décision la considérant comme un choix souverain du président ukrainien, selon des réactions de personnalités s’exprimant sous couvert d’anonymat.

A ce stade, aucun décret ukrainien n'est venu corroborer ce possible limogeage. Une source citée par le média Kyiv Independent se réfère cependant à un contact au sein de l'état-major ukrainien. Mais cette information a été démentie sur la chaîne Telegram du ministère ukrainien de la défense.

Lundi, Oliver Carroll, le correspondant de The Economist en Ukraine semblait aussi moins catégorique.

Dans un post publié sur X, après avoir annoncé que le limogeage du général Zaluzhny était envisagé, le journaliste a déclaré que "l__es rumeurs" en cours avaient "suscité une énorme indignation. Il y aura peut-être un retour en arrière", écrit-il.

Lundi aussi le porte-parole de Voloymyr Zelensky a démenti la rumeur mais reste silencieux depuis cette date. 

Qui est le général Zaluzhny ?

A 51 ans, Valery Zaluzhny est le commandant en chef des armées ukrainiennes. Très populaire en Ukraine, il est considéré comme l'un des principaux architectes de la résistance face à l'invasion russe en février 2022 surtout après la première contre-offensive lancée à l'automne de la même année.

Il est aussi de notoriété publique qu'une méfiance s'est installée entre le président ukrainien et son Haut commandant militaire. Pour des raisons tactiques d'abord : le général souhaiterait mobiliser quelque 500 000 nouveaux soldats pour faire face à la puissance russe, bien supérieure en nombre alors que le conflit entre bientôt dans sa troisième année et que l'issue de la guerre semble on ne peu plus incertain.

Cette demande aurait été refusée par le président Zelensky. D'une part, parce que cela aurait des conséquences financières et fiscales trop lourdes, d'autre part parce que cette mobilisation accrue serait également impopulaire.

"Le président ne croit pas que cette mobilisation massive des hommes âgés de 18 à 27 ans soit souhaitable ou justifiée à ce stade", a déclaré un proche de Zelensky, toujours selon le Washington Post.

La méfiance entre les deux hommes serait aussi d'ordre politique. Le président suspectant son Haut commandant d'avoir des ambitions politiques. 

D'autres sources indiquent aussi que la fuite de l'information sur ce possible limogeage du général aurait été orchestré afin de tester l'opinion publique. 

Qui pour succéder au général ?

Si le départ de Valery Zaluzhny devait finalement être confirmé, la question est de savoir qui pourrait le remplacer. Le nom du chef du renseignement militaire ukrainien, le lieutenant-général Kyrylo Budanov, 38 ans, est évoqué. L'homme dispose d'une formation dans les forces spéciales. Sa nomination pourrait signaler un changement de cap vers  des frappes de drones en profondeur sur le territoire russe.

Un autre remplaçant serait envisagé. Il s'agirait d'Oleksandr Syrsky, 58 ans, l’actuel commandant des forces terrestres. Mais ce stratège serait particulièrement détesté par la base pour ses méthodes de "style soviétique".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie et l’Ukraine annoncent avoir échangé environ 200 prisonniers de guerre

Réunion du groupe de Visegrad à Prague pour évoquer la guerre en Ukraine

Des diplomates rendent hommage à l'ennemi de Poutine Boris Nemtsov