EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Italie : le quartier du "Bronx" de Naples renaît

Les œuvres du street artiste Jorit sont condamnées à disparaître avec l'ouverture du chantier
Les œuvres du street artiste Jorit sont condamnées à disparaître avec l'ouverture du chantier Tous droits réservés Marco Cantile/LaPresse
Tous droits réservés Marco Cantile/LaPresse
Par Luca Palamara
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les 2 immeubles du quartier San Giovanni a Teduccio de Naples, surnommé le "Bronx", vont enfin être remplacés. La fresque de Maradona doit elle aussi être sauvegardée.

PUBLICITÉ

Voici le Bronx... Pas celui de New York, mais de Naples, dans le Sud de Italie. Ce quartier populaire, est principalement connu pour ses deux grands immeubles de logements sociaux construits à la hâte après le séisme de 1980. Après 40 ans d'attente et 7 ans de combat pour la construction de logements dignes, les habitants ont enfin obtenu gain de cause. Les constructions vétustes seront remplacées par de nouveaux bâtiments plus petits, dotés d'espaces verts, de jardins urbains et de terrains de sport.

"Nous avons commencé à poser un problème réel et concret aux institutions, en disant qu'à San Giovanni a Teduccio il y a 360 familles qui ont le droit d'avoir un logement, un foyer digne" affirme  Rosaria Cordone, Comité de lutte des habitants.

Mais la démolition entraînera également la perte des peintures murales de Jorit, un graffeur rue connu dans le monde entier, qui a apporté beauté et identité à ce lieu oublié grâce à sa fresque de Maradona, la plus grande au monde.

"Je suis surpris par l'incroyable affection que les gens m'ont témoignée et surtout non pas envers moi mais envers le travail, notamment Diego. J’ai été inondé de messages et d’appels, je ne peux pas marcher sans que quelqu’un me dise de faire quelque chose pour sauver Diego" déclare Jorit, l'artiste à l'origine des fresques.

"Nous veillerons à ce que la démolition de ce mur se fasse de manière contrôlée afin de pouvoir récupérer toutes les parties recomposables dans un lieu proche de ce quartier" ajoute Laura Lieto, Conseillère en urbanisme de la ville de Naples.

Selon la mairie et l'artiste, offrir un logement digne est compatible avec la préservation de l'art.

"Je crois fermement à la valeur de l’art, de la culture et de l’agrégation sociale : c’est ce qui nous rend véritablement humains. Alors maintenant que nous avons gagné cette bouteille pour des maisons meilleures, nous devons nous battre pour dire qu’après la maison, le travail et la nourriture, nous sommes des êtres humains et que nous avons aussi besoin d’art et de culture" explique Jorit.

Ces deux bâtiments derrière moi, symbole de la dégradation du quartier de San Giovanni a Teduccio, à la périphérie est de Naples, seront démolis pour faire place à des bâtiments dignes, adaptés aux personnes qui y vivent et qui se battent depuis des années pour redonner de la beauté à leur quartier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Casal di Principe rend hommage à son prêtre anti-mafia

Cefalù, Praiano, Tropea : les plus beaux villages côtiers italiens à visiter au printemps

Italie : la limitation de vitesse à 30 km/h à Bologne ne fait pas l'unanimité