Gaza : Benjamin Netanyahu rejette la proposition de cessez-le-feu du Hamas

Benjamin Netanyahu, le mercredi 7 février 2024.
Benjamin Netanyahu, le mercredi 7 février 2024. Tous droits réservés AP
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre israélien s'est engagé à poursuivre l'offensive militaire à Gaza jusqu'à la "victoire absolue".

PUBLICITÉ

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a rejeté mercredi la proposition de cessez-le-feu du Hamas et s'est engagé à poursuivre l'offensive militaire israélienne à Gaza jusqu'à la "victoire absolue".

Benjamin Netanyahou s'est exprimé peu après avoir rencontré le secrétaire d'État américain en visite, Antony Blinken, qui a parcouru la région dans l'espoir de parvenir à un accord de cessez-le-feu.

"Nous sommes sur la voie d'une victoire absolue", a déclaré Benjamin Netanyahou, ajoutant que l'opération durerait des mois et non des années. "Il n'y a pas d'autre solution".

Il a exclu tout accord qui laisserait au Hamas le contrôle total ou partiel de la bande de Gaza. Il a également déclaré qu'Israël était la "seule puissance" capable de garantir la sécurité à long terme. Le Premier ministre a aussi appelé au remplacement de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, l'UNRWA.

En réponse à la proposition d'Israël élaborée avec les Etats-Unis, le Qatar et l’Egypte, le Hamas avait présenté un plan détaillé en trois phases de 45 jours, soit 135 jours au total. Le plan prévoyait la libération progressive de tous les otages israéliens en échange de centaines de prisonniers palestiniens et du retrait des troupes israéliennes de Gaza.

"Un espace pour parvenir à un accord", selon Antony Blinken

Malgré ces déclarations du Premier ministre israélien, le secrétaire d'État américain Antony Blinken voulait croire mercredi qu'un accord de cessez-le-feu et de libération des otages entre Israël et le Hamas était toujours possible. "Bien qu’il y ait des choses inacceptables dans la réponse du Hamas, nous pensons que cela crée un espace pour parvenir à un accord, et nous y travaillerons sans relâche jusqu’à y arriver", a-t-il déclaré.

Antony Blinken était dans la région pour tenter de négocier un arrangement qui pourrait apporter un certain répit à la guerre d’Israël contre le Hamas, qui entre dans son cinquième mois après avoir tué plus de 27 000 Palestiniens, déplacé une grande partie de la population du territoire et déclenché une catastrophe humanitaire.

Antony Blinken tente de faire avancer les négociations de cessez-le-feu tout en faisant pression en faveur d’un règlement d’après-guerre plus large dans lequel l’Arabie saoudite normaliserait ses relations avec Israël en échange d’une "voie claire, crédible et limitée dans le temps vers l’établissement d’un État palestinien".

Alors qu'Antony Blinken a déclaré que la réponse d’Israël à l’attaque du 7 octobre était "pleinement justifiée" et qu’il a exclu tout rôle du Hamas dans la bande de Gaza d’après-guerre, il a également critiqué certaines des réponses d’Israël. Antony Blinken a déclaré que le bilan quotidien des opérations militaires israéliennes contre des civils innocents "reste trop élevé".

"Les Israéliens ont été déshumanisés de la manière la plus horrible le 7 octobre. Et les otages ont été déshumanisés chaque jour depuis. Mais cela ne peut pas être une autorisation pour déshumaniser les autres", a-t-il ajouté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les deux tiers de la bande de Gaza concernés par les ordres d'évacuation israéliens

Le Hamas a réagi de manière "positive" à la proposition de cessez-le-feu, selon le Qatar

En visite à Jérusalem, Stéphane Séjourné appelle à un cessez-le-feu à Gaza