Deux otages israéliens libérés à Rafah

À gauche, Fernando Simon Marman, 60 ans, et Luis Har, 70 ans, à droite, ont été libérés après plus de 4 mois de captivité.
À gauche, Fernando Simon Marman, 60 ans, et Luis Har, 70 ans, à droite, ont été libérés après plus de 4 mois de captivité. Tous droits réservés HO/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée israélienne a déclaré avoir libéré deux otages en captivité dans la bande de Gaza tôt lundi, marquant ainsi un succès modeste mais symboliquement important dans sa quête pour ramener à la maison plus de 100 captifs supposés être détenus par le Hamas.

PUBLICITÉ

Deux otages israéliens, Fernando Simon Marman, 60 ans, et Louis Har, 70 ans, ont été libérés lors d'un raid mené dans la nuit de dimanche à lundi, à la suite d’une série de frappes israéliennes sur Rafah.

Les désormais ex-otages avaient été enlevés par des militants du Hamas dans le kibboutz Nir Yizhak lors de l'attaque transfrontalière du 7 octobre qui a déclenché la guerre. Tous deux ont été transportés par avion à l'hôpital Sheba, dans le centre d'Israël, et sont en bon état de santé. Ils sont les deuxième et troisième otages à être sauvés sains et saufs. Une femme soldat avait été sauvée en novembre.

Un hélicoptère de l'armée de l'air israélienne transportant deux ex-otages, au centre médical de Sheba à Ramat Gan, Israël, lundi 12 février 2024. Photo armée israélienne.
Un hélicoptère de l'armée de l'air israélienne transportant deux ex-otages, au centre médical de Sheba à Ramat Gan, Israël, lundi 12 février 2024. Photo armée israélienne.HO/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Le gendre de Har, Idan Bergerano, a déclaré à la chaîne de télévision israélienne Channel 13 que sa femme et lui ont pu voir les captifs libérés à l'hôpital. Il a déclaré que les deux hommes étaient minces et pâles, mais qu'ils communiquaient bien et qu'ils étaient conscients de leur environnement.

Le raid de lundi a comporté au moins 15 frappes aériennes, des fusées éclairantes et des tirs d'hélicoptères Apache, selon des témoins. Le lieutenant-colonel Richard Hecht, porte-parole de l'armée, a déclaré que l'opération était basée sur des "renseignements précis" et que le site, situé au deuxième étage d'un immeuble, était surveillé depuis un certain temps. Il a précisé que le Premier ministre Benjamin Netanyahou était resté en liaison avec le commandant militaire israélien et d'autres hauts responsables pendant le déroulement du raid.

Israël a fait du retour de tous les otages l'un des principaux objectifs de la guerre. Sur les 128 otages restants aux mains du Hamas, 29 auraient été tués. Benjamin Netanyahou a promis de poursuivre l'offensive militaire israélienne jusqu'à la "victoire totale", qui passe également par la destruction des capacités militaires et administratives du Hamas, et ordonné à l’armée de préparer une offensive sur Rafah, dernière localité de l’enclave palestinienne encore épargnée par les combats au sol.

Rafah, prochaine cible d’une offensive israélienne au sol

Le ministère de la Santé du Hamas a déclaré qu'au moins 67 personnes avaient été tuées par les frappes de la nuit, sans qu'il soit possible de déterminer avec certitude si toutes les frappes en question étaient liées à la libération des otages.

La ville est située à l’extrême sud de la bande de Gaza où 1,4 million de Palestiniens se sont réfugiés pour échapper aux combats qui se déroulent ailleurs dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas. Le gouvernement israélien a décrit Rafah comme le dernier bastion du Hamas à Gaza après plus de quatre mois de guerre et a indiqué que son offensive terrestre visera bientôt cette ville densément peuplée. Le Hamas a prévenu dimanche qu’une telle offensive "torpillerait" tout accord pour une libération des otages qu’il détient encore à Gaza.

Un Palestinien scrute les décombres à la recherche d'affaires après une frappe israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le samedi 10 février 2024.
Un Palestinien scrute les décombres à la recherche d'affaires après une frappe israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le samedi 10 février 2024.Fatima Shbair/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Dimanche, lors d’un entretien téléphonique d’une quarantaine de minutes, le président américain Joe Biden a averti le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou qu'Israël ne devait pas mener d'opération militaire contre le Hamas à Rafah sans un plan "crédible et exécutable" pour protéger les civils.

De son côté, Benjamin Netanyahou affirme que son pays assurera "un passage sécurisé à la population civile pour qu'elle puisse quitter" la ville... sans préciser où les civils pourraient se réfugier.

"Une offensive israélienne sur Rafah entraînerait une catastrophe humanitaire indescriptible et de graves tensions avec l'Égypte", a averti Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, via le réseau X. Human Rights Watch a rappelé que les déplacements forcés de civils constituent un crime de guerre.

En plus de 4 mois de guerre, l’offensive israélienne a fait plus de 28 000 morts dans la bande de Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la santé du Hamas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Polémique sur deux otages israéliens : quand ont-ils été libérés ?

Gaza : Benjamin Netanyahu rejette la proposition de cessez-le-feu du Hamas

Les deux tiers de la bande de Gaza concernés par les ordres d'évacuation israéliens