EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'Iran, la Russie et la Chine mènent des exercices militaires conjoints

 AP
AP Tous droits réservés Iranian Army via AP, File
Tous droits réservés Iranian Army via AP, File
Par Euronews, AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Chine, l'Iran et la Russie ont entamé un exercice naval conjoint dans le golfe d'Oman, une voie navigable cruciale située près de l'embouchure du golfe Persique, ont indiqué des responsables mardi.

PUBLICITÉ

Des images diffusées par la télévision d'État chinoise et une vidéo publiée par la marine russe montrent l'exercice en cours, baptisé "Ceinture de sécurité maritime 2024".

La Chine a envoyé le destroyer à missiles guidés Urumqi et la frégate à missiles guidés Linyi à l'exercice. Les forces russes sont dirigées par le Varyag, un croiseur de classe Slava.

Plus de 20 navires, navires de soutien et bateaux de combat des trois pays, ainsi que des hélicoptères navals, participent à l'exercice.

La télévision d'État iranienne a cité le porte-parole de l'exercice, l'amiral Mostafa Tajaddini, qui a déclaré que l'exercice se déroulerait sur 17 000 kilomètres carrés d'eau.

M. Tajaddini a ajouté que l'exercice des trois nations - leur quatrième depuis 2019 visait également à améliorer le commerce, à lutter contre "la piraterie et le terrorisme, à soutenir les activités humanitaires et l'échange d'informations dans le domaine du sauvetage", entre autres objectifs.

L'Iran a renforcé sa coopération militaire avec Pékin et Moscou en réponse aux tensions avec les États-Unis régionales, notamment en raison de la fourniture de drones militaires à la Russie, actuellement utilisés dans la guerre de Moscou contre l'Ukraine.

L'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, Oman, le Pakistan et l'Afrique du Sud sont des observateurs de l'exercice.

Depuis 2019, le golfe d'Oman a été le théâtre d'une série d'attaques que les États-Unis ont imputées à l'Iran, ainsi que de saisies de navires par Téhéran, depuis l'échec de l'accord sur le nucléaire conclu avec les puissances mondiales. Un cinquième de tout le pétrole échangé passe par le détroit d'Ormuz, l'étroite embouchure du golfe Persique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : la France attend de la Chine "qu'elle passe des messages très clairs à la Russie"

Mer Rouge : un navire coulé par les Houthis pourrait causer des dommages écologiques

L'UE lance la mission Aspides pour protéger les navires en mer Rouge contre les attaques des Houthis