Le chef de l'OTAN condamne les élections russes dans les territoires occupés d'Ukraine et de Géorgie

Selon le secrétaire général de l'OTAN, les élections présidentielles en Russie ne sont « ni libres ni équitables »
Selon le secrétaire général de l'OTAN, les élections présidentielles en Russie ne sont « ni libres ni équitables » Tous droits réservés Selon le secrétaire général de l'OTAN, les élections présidentielles en Russie ne sont « ni libres ni équitables »
Tous droits réservés Selon le secrétaire général de l'OTAN, les élections présidentielles en Russie ne sont « ni libres ni équitables »
Par Vera Lou Derideuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les élections présidentielles russes ne sont "ni libres, ni équitables" selon Jens Stoltenberg en tournée dans le Caucase du Sud.

PUBLICITÉ

Jens Stoltenberg est en tournée dans le Caucase du Sud. Il a assuré lors de son déplacement à Tbilissi : "L'organisation d'élections par la Russie dans les régions occupées de Géorgie et d'Ukraine est totalement illégale" . 

Il a précisé après sa rencontre avec le Premier ministre géorgien:

Lors de notre réunion, nous avons également abordé la sécurité dans la mer Noire, qui est importante à la fois pour la Géorgie et pour l'OTAN. La guerre menée par la Russie a mis en danger la liberté de navigation et menacé l'approvisionnement alimentaire mondial. Mais, avec notre soutien, l'Ukraine a repoussé, détruit ou endommagé une partie importante de la flotte russe de la mer Noire. Le succès de l'Ukraine lui a permis de rouvrir le transport de céréales, ce qui est vital pour l'économie et pour la sécurité alimentaire mondiale.

Avant Tbilissi, Stoltenberg était à Bakou où il a discuté des aspects de la coopération entre l'Azerbaïdjan et l'OTAN. La tournée du secrétaire général de l'OTAN s'achèvera mardi en Arménie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Présidentielle russe : "Les conditions d’une élection libre pas réunies", estime Paris

Les pays de l'OTAN n'en font "pas assez" pour aider l'Ukraine, selon Jens Stoltenberg

En Georgie, une icône de Staline vandalisée dans une église suscite la controverse