Washington prend ses distances avec Israël

Benjamin Netanyahu a réaffirmé sa volonté d'envoyer l'armée israélienne à Rafah
Benjamin Netanyahu a réaffirmé sa volonté d'envoyer l'armée israélienne à Rafah Tous droits réservés Leo Correa/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Leo Correa/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour la première fois depuis le début de la guerre à Gaza, les États-Unis ont déposé à l'ONU une proposition de résolution appelant à un "cessez-le-feu immédiat".

PUBLICITÉ

Les dernières 24 heures ont été particulièrement meurtrières dans la bande de Gaza, affirment les autorités qui la contrôlent. Selon le Hamas, les bombardements israéliens ont tué plus de 100 Palestiniens, notamment à Deir-al-Balah et à Rafah.

Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu'il était "impossible d'achever la victoire sans que les forces de défense israéliennes ne pénètrent dans Rafah".

Impossible d'achever la victoire sans que les forces de défense israéliennes ne pénètrent dans Rafah
Benjamin Netanyahu
Premier ministre israélien

Washington désapprouve toute opération terrestre de grande envergure dans la ville palestinienne car quelque 1,4 million de Palestiniens venus de toute la bande de Gaza se sont entassés dans cette zone. Des responsables de l'ONU ont également mis en garde contre un nombre massif de morts et l'effondrement potentiel de l'aide humanitaire si des troupes entraient dans Rafah.

"Nous avons toujours fait ce qui était essentiel pour notre sécurité, et nous ferons de même cette fois-ci", a commenté Benjamin Netanyahu dans une vidéo diffusée par le gouvernement, tout en reconnaissant que les préparatifs d'une telle invasion "prendraient un certain temps".

Washington a présenté un projet de résolution à l'ONU pour appeler à un "cessez-le-feu immédiat" lié à la libération des otages israéliens enlevés le 7 octobre. C'est la première fois, après 166 jours de guerre, que les États-Unis défendent cette position.

La guerre a tué plus de 31 000 Palestiniens, selon le Hamas. Environ 80 % des 2,3 millions d'habitants de Gaza ont fui leur domicile et un quart de la population risque de mourir de faim.

L'UNRWA dénonce la famine en cours à Gaza
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Violents combats autour de l’hôpital al-Chifa, pris d’assaut par les forces israéliennes

Bande de Gaza : des discussions “positives” en vue d’une trêve

L'UE parvient à un "accord politique" pour sanctionner les colons israéliens extrémistes