Les agriculteurs protestent à nouveau à Bruxelles alors que l'UE révise la PAC

Des policiers derrière une barrière regardent un tas de betteraves déversées par des manifestants lors d'une manifestation d'agriculteurs le 26 mars.
Des policiers derrière une barrière regardent un tas de betteraves déversées par des manifestants lors d'une manifestation d'agriculteurs le 26 mars. Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Aida Sanchez Alonso
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La colère des agriculteurs s'est à nouveau fait entendre dans le quartier des institutions européennes à Bruxelles.

PUBLICITÉ

Cette fois-ci, moins de personnes et moins de tracteurs se sont rassemblés en marge du sommet des ministres européens de l'agriculture.

Ils protestent contre les accords de libre-échange, les nouvelles règles environnementales et la charge administrative liée aux subventions... Mais pas seulement.

"Pour les règles idiotes de l'Europe et pour la loi sur la nature. Nous sommes unis à la nature. Nous ne sommes pas contre la nature. Les médias mettent les gens à l'écart de la nature. Mais ce n'est pas le cas", témoigne un agriculteur.

Mais cette fois-ci, c'est différent. Les manifestations de février ont permis aux agriculteurs de rencontrer la présidente de la Commission européenne et plusieurs ministres de l'agriculture de l'UE.

La Commission a accédé à leurs demandes et a assoupli certaines conditions environnementales, comme l'absence d'obligation de rotation des cultures, et a simplifié et réduit les formalités administratives.

Mais pour les agriculteurs, ce n'est pas suffisant.

"C'est toujours nécessaire parce qu'en fait nous avons des annonces mais concrètement nous avons toujours un manque de solutions. Il y a des annonces sur certains sujets mais pas sur les plus importants, comme les revenus, les accords internationaux...", déclare Olivia Leruth de la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA).

Les nouvelles règles plus souples profitent également aux petites exploitations : celles qui ont moins de 10 hectares ne seront pas soumises aux contrôles et aux pénalités liés aux conditions de la PAC.

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les agriculteurs européens reprennent la contestation

Le projet de la Commission européenne pour calmer la colère des agriculteurs

Les agriculteurs n'ont rien à craindre des réformes sur l'environnement et le bien-être animal