Hongrie : la demande d'assignation à résidence d'Ilaria Salis rejetée par la justice

AP
AP Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Somaya Aqad, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jeudi, un tribunal de Budapest a rejeté la demande d'assignation à résidence de l'enseignante italienne Ilaria Salis, ce qui signifie qu'elle doit rester en prison en Hongrie.

PUBLICITÉ

Cette Milanaise de 39 ans est incarcérée en Hongrie depuis 13 mois, car elle est accusée d'avoir participé à l'agression de deux militants d'extrême droite.

Lors de son entrée dans la salle d'audience de Budapest, jeudi, Mme Salis a de nouveau été menottée aux poignets et entravée aux chevilles par une chaîne ressemblant à une laisse, comme cela s'était produit lors de l'audience du 29 janvier.

Les images de l'audience précédente ont suscité un tollé en Italie et Rome a protesté contre ses conditions de détention.

Le ministre hongrois des affaires étrangères, Péter Szijjártó, s'est quant à lui déclaré choqué par les réactions italiennes à cette affaire, affirmant que Salis était faussement présentée comme une victime et une martyre.

L'institutrice risque jusqu'à 24 ans de prison pour avoir attaqué les néo-nazis lors de leur commémoration annuelle d'un régiment nazi prétendument héroïque qui aurait combattu les troupes russes.

Les avocats de Mme Salis tentaient d'obtenir son assignation à résidence en Hongrie, ce qui, si la demande avait été acceptée, aurait permis à Rome de demander son transfert en assignation à résidence en Italie.

Le père de la jeune femme, Roberto Salis, a déclaré que sa fille était victime d'un procès politique.

"La situation de ma fille est devenue de plus en plus un procès politique", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse organisée ce mois-ci au Parlement européen par l'eurodéputé de l'Alliance verte et de gauche Massimiliano Smeriglio et l'eurodéputé du Parti démocrate (PD) Brando Benifei.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des néonazis finlandais condamnés pour un projet terroriste de "guerre raciale"

L'Allemagne a interdit un groupuscule néonazi, des perquisitions sont menées

Italie : des "funérailles nazi" provoquent l'indignation du diocèse de Rome