"Syndrome de La Havane" : la Russie aurait utilisé des armes soniques contre des Américains

A partir de 2016, des diplomates américains en poste à Cuba ont dit être frappés de troubles étranges. Ici, l'ambassade des Etats-Unis à La Havane, le 20 février 2024.
A partir de 2016, des diplomates américains en poste à Cuba ont dit être frappés de troubles étranges. Ici, l'ambassade des Etats-Unis à La Havane, le 20 février 2024. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon une enquête internationale de plusieurs médias, les mystérieux soucis de santé subis par des diplomates américains depuis des années seraient en lien avec une unité du renseignement russe.

PUBLICITÉ

C’est un mystère qui plane depuis des années au-dessus du milieu de la diplomatie internationale. Ledit "syndrome de La Havane", dont ont été victimes ces dernières années des dizaines de personnes, vient peut-être enfin de trouver une explication. Selon une enquête publiée ce lundi 1er avril par le site d’information russe indépendant The Insider, le magazine allemand Der Spiegel et la chaîne américaine CBS, les services secrets russes en seraient responsables, via des armes "à énergie dirigée".

Des conclusions rejetées par le Kremlin.

"(...) Personne n'a jamais publié ni montré de preuve convaincante de ces accusations infondées. Tout cela n'est rien d'autre que des accusations sans fondement et sans fondement de la part des médias" a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Président Vladimir Poutine.

À partir de 2016, des diplomates américains et canadiens en poste à Cuba ont dit être frappés de symptômes, notamment des migraines, vertiges, nausées et troubles de la vision. Une affaire qui a rapidement entraîné de vastes spéculations sur son origine.

Jusqu'ici les autorités américaines avaient affirmé qu'il était peu probable qu'une puissance étrangère soit responsable.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trois pays occidentaux ciblés par une campagne de cyberespionnage chinoise

En Pologne, 14 étrangers reconnus coupables d'espionnage au profit de la Russie

Arrestations pour espionnage au Royaume-Uni : Rishi Sunak dénonce des "interférences" de Pékin