PUBLICITÉ

La flamme des JO de Paris s'est allumée à Olympie

La cérémonie traditionnelle de l'allumage de la flamme olympique à Olympe en Grèce, mardi 16 avril 2024.
La cérémonie traditionnelle de l'allumage de la flamme olympique à Olympe en Grèce, mardi 16 avril 2024. Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La flamme qui doit brûler aux JO de Paris s'est allumée mardi sur le site des jeux antiques, à Olympie, dans le sud de la Grèce.

PUBLICITÉ

Malgré un ciel nuageux, qui a empêché l'éclairage traditionnel par le soleil de la flamme olympique, celle-ci s'est néanmoins enflammée ce mardi à Olympie lors d'une cérémonie traditionnelle. Une actrice habillée en prêtresse grecque antique a finalement utilisé une flamme de secours.

La coutume veut qu'un groupe de prêtresses vêtues de longues robes plissées offre une prière à l'ancien dieu solaire grec, Apollon. Une torche imbibée de combustible est alors approchée d'un miroir parabolique qui concentre les rayons du soleil et le feu doit alors jaillir.

Mais cette fois, la prêtresse n'a même pas essayé : elle s'est directement tournée vers la flamme de sauvegarde, conservée dans une copie d'un pot grec ancien.

Après cette étape symbolique, depuis l'ancien stade d'Olympie, un groupe de relayeurs portera la flamme sur plus de 5 000 kilomètres à travers la Grèce jusqu'à la remise du relais aux organisateurs des Jeux de Paris à Athènes le 26 avril.

Des milliers de spectateurs du monde entier se sont rassemblés à Olympie pour l'événement de ce mardi, au milieu des temples en ruine et des terrains de sport où se déroulaient les jeux antiques de 776 avant JC à 393 après JC.

Le tout premier relayeur a été le rameur grec Stefanos Douskos, médaillé d'or en 2021 à Tokyo. Il devait rejoindre un monument voisin qui contient le cœur du baron français Pierre de Coubertin, le moteur de la renaissance moderne des jeux.

La prochaine relayeuse sera Laure Manaudou, une nageuse française qui a remporté trois médailles à Athènes en 2004. Elle passera le relais au commissaire européen grec Margaritis Schinas.

La flamme voyagera ensuite depuis le port athénien du Pirée à bord du Belem, un trois-mâts français construit en 1896, l'année des premiers jeux modernes à Athènes.

Selon le capitaine Aymeric Gibet, la flamme arrivera le 8 mai dans le port de Marseille, dans le sud de la France, ville fondée par des colons grecs il y a environ 2 600 ans.

Le Belem est arrivé lundi à Katakolo, près d'Olympie. Parmi les spectateurs figuraient un petit groupe de touristes enthousiastes de la région de Bretagne, au nord-ouest de la France, où se trouve le port d'attache du navire, Nantes, agitant des drapeaux français et bretons.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En cas de menace élevée, la cérémonie d'ouverture des JO de Paris pourrait être déplacée

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

Les conservateurs modérés grecs en passe de remporter les élections européennes