PUBLICITÉ

Amnesty International incrimine Israël pour ses agissements à Gaza

 Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International, s'exprime lors d'une conférence de presse à Londres, le 23 avril 2024.
Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International, s'exprime lors d'une conférence de presse à Londres, le 23 avril 2024. Tous droits réservés Kirsty Wigglesworth/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Kirsty Wigglesworth/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ces six derniers mois, les États-Unis auraient protégé les autorités israéliennes de tout examen lié à leurs multiples infractions commises dans la bande Gaza.

PUBLICITÉ

Le sort des civils gazaoui et ukrainiens est au cœur du rapport annuel d'Amnesty International.

L'ONG pointe notamment du doigt le mépris du droit par Israël et la Russie.

Ces six derniers mois, les États-Unis auraient protégé les autorités israéliennes de tout examen lié à leurs multiples infractions commises dans la bande Gaza.

La secrétaire générale d'Amnesty International évoque un ordre mondial hérité de 1945, "au bord de la rupture", selon ses termes. 

"Le niveau de violation que nous avons observé est sans précédent. Nous l'avons constaté à Gaza au cours des six derniers mois, avec un nombre extraordinaire de victimes au sein de la population civile, avec l'utilisation de la famine comme arme de guerre, avec la punition collective imposée aux Palestiniens, et nous avons été témoins de formes similaires de violations en Ukraine, par la Russie", affirme Agnès Callamard.

Dans ce rapport, Amnesty International a aussi exprimé son inquiétude quant à l'impact de la désinformation sur les élections à venir cette année. 

"En 2024, année où un grand nombre de personnes voteront, nous sommes alertés par le fait que les gouvernements n'ont pas réussi à légiférer sur la technologie et les GAFAM."

La traite d’êtres humains reste également un défi majeur pour l'ONG qui a vivement critiqué le Royaume-Uni pour son programme d’expulsion de migrants vers le Rwanda.

Le rapport est publié quelques jours seulement après la noyade de cinq personnes qui tentaient de traverser la Manche.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Rapport-choc d'Amnesty international sur les armes anti-émeutes

Amnesty International alerte sur la régression de la liberté d'expression en Russie

Les Nations unies avertissent que le système de santé de Gaza est "à genoux"