PUBLICITÉ

Ukraine : l’armée russe a visé des infrastructures énergétiques

a
a Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’Ukraine dénonce des attaques russes “massives” cette nuit contre ses infrastructures énergétiques. Des frappes qui ont fait au moins six blessés, selon les autorités.

PUBLICITÉ

Ces attaques ont visé des installations de production et de transmission d'électricité dans plusieurs régions du pays, comme Zaporijjia, Ivano-Frankivsk, Lviv, Poltava, Kirovohrad et Vinnytsia. La ville de Kherson, dans le sud du pays, a aussi été "partiellement privée d'électricité", selon le gouverneur de la région.

"L'ennemi ne renonce pas à ses plans visant à priver les Ukrainiens de lumière. Une nouvelle attaque massive contre notre industrie énergétique ! " a écrit le ministre ukrainien de l'Energie, Guerman Galouchtchenko, sur la plateforme Telegram.

Le ministère russe de la Défense a confirmé avoir conduit des frappes "en réponse à la tentative du régime de Kiev d'endommager les infrastructures énergétiques russes."

La compagnie nationale d’électricité Ukrenergo a demandé à ses clients "_d'utiliser l’électricité avec parcimonie"_et prévenu qu’il y aurait des coupures de courant.

L’Ukraine, qui est en grande difficulté sur le terrain et manque de munition et de soldats, a décidé de mobiliser des détenus. Le Parlement vient d'adopter un projet de loi permettant leur mobilisation dans l'armée.

À Bruxelles, où le sort de l’Ukraine inquiète, les 27 pays membres de l'UE ont conclu un accord "de principe" pour utiliser les avoirs russes gelés, a annoncé la présidence belge de l'Union.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Robert Fico se trouve dans un état "extraordinairement grave", motifs d'attentat "politiques"

Les forces russes exécutent des soldats ukrainiens qui se rendaient : rapport de Human Rights Watch

Comment relancer le moteur franco-allemand ?