Les conservateurs modérés grecs en passe de remporter les élections européennes

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s'exprime lors du congrès du PPE à Bucarest, en Roumanie, le jeudi 7 mars 2024.
Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s'exprime lors du congrès du PPE à Bucarest, en Roumanie, le jeudi 7 mars 2024. Tous droits réservés Andreea Alexandru/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Andreea Alexandru/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Sergio Cantone
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les affiliés locaux du PPE de la Nouvelle Démocratie font partie des quelques partis au pouvoir dans l'UE qui sont en tête des sondages lors des élections européennes.

PUBLICITÉ

A l'approche des élections européennes, l'actuel gouvernement de centre-droit en Grèce maintient sa popularité un an après les élections nationales.

Cependant, le Nea Demokratia du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, affilié au Parti populaire européen en Grèce, est en tête des intentions de vote parmi les citoyens grecs, selon le sondage exclusif IPSOS pour Euronews. En vue des élections européennes du 9 juin prochain, l'actuel gouvernement de centre-droit devrait confirmer sa position relativement confortable.

Une configuration exceptionnelle, puisque dans presque toute l'UE, les forces politiques au pouvoir sont sur le point de subir des revers spectaculaires, selon les sondages d'opinion.

Les conservateurs modérés devancent de loin leurs antagonistes de gauche et de centre-gauche, Syriza et le PASOK, respectivement placés en deuxième et troisième position par le Superpoll.

L'écart entre le centre-droit et le candidat de Syriza, Stefanos Kasselakis, est de plus de 20 %. Les deux forces de gauche modérée, Syriza et le PASOK, se livrent à une sorte de compétition électorale fratricide.

Le sondage IPSOS/Euronews de début mai montre que le PASOK a perdu sa deuxième position par rapport au 1er mars, mais la lutte avec ses rivaux de gauche n'est pas terminée. Les deux forces politiques se livrent toujours à une course effrénée.

Les communistes de l'ancien parti communiste grec, le KKE, prennent également part aux luttes entre les différents partis de gauche.

La galaxie de gauche grecque est également fragmentée au niveau du Parlement européen, puisque Syriza est membre du groupe de la Gauche européenne, le PASOK est affilié au groupe des Socialistes et Démocrates, tandis que le KKE fait partie du groupe des Non-inscrits.

A Strasbourg, le parti de Kyriakos Mitsotakis devrait apporter un siège supplémentaire au PPE. Siryza et les communistes grecs pourraient confirmer leurs quatre sièges sur les bancs de la gauche européenne, et le PASOK devrait fournir trois eurodéputés au groupe des sociaux-démocrates, après le départ forcé de l'ancienne vice-présidente du Parlement européen, Eva Kaili, impliquée dans le scandale du lobbying politique favorable au Qatar.

Eva Kaili in Strasbourg, September 2023
Eva Kaili in Strasbourg, September 2023Jean-Francois Badias/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Le parti Solution grec devrait encore se développer et contribuer au groupe des Conservateurs et Réformateurs européens avec deux eurodéputés, soit un de plus que la législature sortante.

Les conservateurs traditionnels grecs de droite, qui connaissent une croissance rapide, ont dépassé, selon les sondages, le KKE.

Après les restrictions imposées aux partis d'extrême droite, les voix des forces ultraconservatrices pourraient être absorbées par Nea Demokratia, malgré la récente mesure libérale prise par le parti du Premier ministre, qui a légalisé le mariage homosexuel.

Les Spartiates d'extrême droite, qui ont été soutenus par un membre éminent et emprisonné du parti controversé et exilé Aube dorée, ont récemment été exclus du scrutin pour les élections européennes de juin par la haute cour de justice grecque.

Certains observateurs s'attendaient à ce que le parti au pouvoir subisse des dommages politiques en raison de l'implication présumée de certains de ses membres dans la mauvaise gestion qui a contribué à l'accident ferroviaire de Tempe Valley.

Le 28 février 2023, un train Intercité et un train de marchandises sont entrés en collision frontale près de Larissa, causant la mort de 57 personnes
Le 28 février 2023, un train Intercité et un train de marchandises sont entrés en collision frontale près de Larissa, causant la mort de 57 personnesGiannis Papanikos/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Une particularité de l'arène grecque des élections européennes est que le succès du parti au pouvoir pourrait également provenir de la candidature de Fredi Beleri. Il s'agit d'un maire albanais d'origine grecque, détenu pour corruption.

Le maire et candidat Fredi Beleri
Le maire et candidat Fredi BeleriAP Photo

Si M. Beleri obtient suffisamment de voix, il bénéficiera de l'immunité parlementaire. Sa cause s'est transformée en une campagne patriotique plutôt populaire, qui pourrait ouvrir un contentieux entre la Grèce et l'Albanie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Ce que nous avons accompli en Europe est unique à l'échelle de l'Histoire", selon M.Mitsotakis

La Grèce multiplie les mesures anti-inflation et s'attaque à la "cupidité"

Les avocats d'Eva Kaili demandent une enquête sur une éventuelle violation de l'immunité