EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le Parlement allemand débat sur la hausse de la violence politique

a
a Tous droits réservés Britta Pedersen/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Tous droits réservés Britta Pedersen/(c) Copyright 2024, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ces derniers temps, plusieurs responsables politiques ont été menacés ou agressés en Allemagne. Ces incidents se déroulent dans un contexte électoral tendu, avec notamment les élections européennes le 9 juin.

PUBLICITÉ

Selon la police allemande, près de 3 000 délits ont été commis contre des responsables politiques en 2023. Un nombre en hausse par rapport à l'année précédente. Le Parlement a tenu un débat sur la montée de cette violence.

"Quelque chose a dérapé dans ce pays. La violence fait désormais partie du débat politique. Des personnes engagées et des bénévoles sont attaqués physiquement, battus, frappés, bousculés, etc", a déclaré Lisa Paus, ministre de la Famille.

Certains de ces incidents ont lieu alors que les élections européennes approchent.

"Nous les condamnons dans leur intégralité. Ils doivent faire l'objet d'une enquête et leurs auteurs doivent être punis sans restriction. Je m'adresse directement à tous les partis de cette assemblée et au-delà. Nous ne devons pas faire de distinction. Cependant, nombre d'entre eux se facilitent à nouveau la tâche et jouent la carte de l'extrémisme, comme nous l'avons entendu de la bouche du ministre. Mais c'est exactement ce que les citoyens savent déjà. Ou bien l'AfD est à nouveau à blâmer, ou bien (le président russe Vladimir) Poutine", a déclaré Tino Chrupalla, co-président du parti AfD.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates

Les Européens votent ce samedi dans plusieurs pays avant la grande mobilisation de dimanche

Le Premier ministre slovaque Robert Fico apparaît pour la première fois depuis l'attentat