EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La droite grecque, battue, insiste sur les liens avec l'Europe

La droite grecque, battue, insiste sur les liens avec l'Europe
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP, euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le Premier ministre grec Antonis Samaras a reconnu dimanche soir sa défaite Il a alors adressé par téléphone ses “Félicitations” à son adversaire

PUBLICITÉ

Le Premier ministre grec Antonis Samaras a reconnu dimanche soir sa défaite

Il a alors adressé par téléphone ses “Félicitations” à son adversaire Alexis Tsipras, lequel lui aurait rétorqué : “La politique a ses joies et ses peines”.

Acclamé par ses partisans, Antonis Samaras a par ailleurs passé le relais en ces termes :

“Je remets un pays qui est membre de l’Union européenne et de la zone euro. Pour le bien de ce pays, j’espère que le nouveau gouvernement préservera ces acquis.”

“Le chef de Nouvelle Démocratie Antonis Samaras a accepté les résultats de l‘élection et soulignant que son parti resterait garant de l’itinéraire européen de la Grèce. Il a aussi rendu compte de son travail, et a dit avoir la conscience tranquille”, commente l’un des journalistes d’euronews à Athènes Akis Tatsis.

De nombreux partisans de Nouvelle Démocratie étaient massés devant le QG du parti conservateur ce dimanche soir.

“ Nous rendons le pays, sans trop de pressions ou de charges écrasantes, estimait l’un de ses représentants, Ioannis Panagiotopoulos. Nous avons assumé ces charges. Maintenant, d’autres en ont la responsabilité.”

Le chef de file de Nouvelle Démocratie Antonis Samaras était à la tête du gouvernement depuis juin 2012, il avait formé une coalition avec le parti socialiste et la gauche démocratique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Prix de la bière en Europe : combien les supporters paieront-ils pendant l'Euro 2024 ?

Les Etats de l'UE jouent des coudes pour attirer les constructeurs chinois de véhicules électriques

Élections européennes : les défis à venir pour les banques de l'UE