EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Macron contre une fusion de Renault et Nissan

Macron contre une fusion de Renault et Nissan
Tous droits réservés 
Par Pierre Assémat avec AGENCES
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'Etat français va réduire sa participation dans Renault.

PUBLICITÉ

L‘État français va réduire sa participation dans Renault, repassant de 19,7 % à 15%, et ce, “dès que les intérêts patrimoniaux des contribuables seront pleinement préservés”, expliqué Emmanuel Macron, c’est-à-dire lorsque le cours du groupe sera suffisamment remonté pour que l’Etat ne perde pas d’argent au passage.

Le ministre de l‘Économie a également assuré qu’une fusion entre Renault et Nissan n‘était pas à l’ordre du jour. Macron s’est néanmoins déclaré en faveur d’une intégration opérationnelle des deux constructeurs. Renault détient 43,4 % de Nissan et une filiale du constructeur japonais contrôle 15% du groupe français.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage