EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Espagne : la croissance ralentit à l'approche des élections

Espagne : la croissance ralentit à l'approche des élections
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le rythme de la croissance espagnole a légèrement ralenti au troisième trimestre. Entre juillet et septembre, la quatrième économie de la zone euro a

PUBLICITÉ

Le rythme de la croissance espagnole a légèrement ralenti au troisième trimestre. Entre juillet et septembre, la quatrième économie de la zone euro a vu son PIB progresser de 0,8 % contre 1 % au trimestre précédent.

La croissance est soutenue par la demande intérieure. En revanche, les exportations ont reculé en raison, notamment des difficultés des marchés émergents, en particulier de l’Amérique latine.

Le ministre espagnol de l‘Économie se veut optimiste : “Je dis toujours que nous sommes en train de sortir de la récession, souligne Luis de Guindos. Cela fait deux ans et demi que nous avons une croissance positive, même si nous n’avons pas encore retrouvé les niveaux de richesse d’avant-crise. Nous y arriverons si nous maintenons ce même rythme de croissance jusqu‘à la fin de l’année prochaine”.

Sur un an, la croissance du PIB espagnol a accéléré à 3,4 % au troisième trimestre. Le chômage commence à reculer, mais il représente encore 21% de la population active, soit le taux le plus fort de la zone euro, après la Grèce. Emplois précaires et bas salaires pèsent également sur le moral des Espagnols, qui s’apprêtent à voter dans moins d’un mois aux élections législatives. Le parti de Mariano Rajoy devrait alors, fort vraisemenblament, perdre sa majorité absolue.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024