EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Brexit : la revanche de la livre

Brexit : la revanche de la livre
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec avec Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La devise britannique a atteint un plus haut en sept semaines contre dollar sur l'espoir de voir le Royaume-Uni rester européen.

PUBLICITÉ

La livre Sterling poursuit son envolée ce mardi. Elle a inscrit un plus haut en sept semaines contre dollar, portée par l’espoir de voir le pays rester dans l’Union européenne à l’issue du référendum de vendredi.

Nouriel Roubini, l‘économiste américain qui avait prédit la crise de 2008, a à son tour pris fait et cause contre un Brexit, qui conduirait selon lui à la récession et à l’effondrement de la devise britannique.

Brexit could stall the UK economy and tip it into a recession as the shock to business and consumer confidence could be severe

— Nouriel Roubini (@Nouriel) 21 juin 2016

The UK – having large twin current account & fiscal deficits – may risk a sharp currency fall & a sudden stop of capital following Brexit

— Nouriel Roubini (@Nouriel) 21 juin 2016

Les marchés européens semblent en tout cas avoir décidé que le Brexit n’aurait pas lieu. Après l’euphorie d’hier, ils digèrent leurs gains ce mardi. La tendance reste soutenue par deux nouveaux sondages donnant la victoire du maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union.

Les investisseurs restent toutefois prudents dans l’attente de discours des banquiers centraux européen, Mario Draghi, et américain, Janet Yellen. Il devrait y être question de taux d’intérêts bien sûr, mais aussi du référendum britannique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Achat d'un appartement : où en Europe cela vous coûtera-t-il le plus cher ?

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?