EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Dans la fosse aux lions : Draghi au Bundestag

Dans la fosse aux lions : Draghi au Bundestag
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Président de la Banque centrale européenne était à Berlin pour défendre les taux bas devant un parlement allemand hostile.

PUBLICITÉ

En pleine tempête Deutsche Bank, Mario Draghi a défendu ce mercredi devant un Bundestag hostile la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Des parlementaires allemands reprochent en effet aux taux bas de nuire aux épargnants et aux banques du pays, notamment la plus grande. Le Président de la BCE a pris ses distances.

#Draghi besucht den Bundestag#EZBpic.twitter.com/1BKzjnWjnh

— Kostas Koufogiorgos (@Koufogiorgos) 28 septembre 2016

La BCE est sensible aux risques liés à des taux bas sur le long terme et aux inquiétudes des gens,“ a-t-il assuré en sortant du parlement. “De nombreuses banques ont des problèmes qui ne sont pas principalement liés au bas niveau des taux d’intérêt, mais à d’autres raisons, que ce soit leur business model ou leur gestion du risque.

“L'atmosphère du débat était plus sereine” que lors de sa précédente venue au Bundestag il y a 4 ans, assure #Draghipic.twitter.com/sH0zaqqDIT

— Thomas Wieder (@ThomasWieder) 28 septembre 2016

De son côté, la BCE reproche à l’Allemagne de trop se reposer sur ses exportations en négligeant son marché intérieur. Selon elle, des dépenses publiques domestiques équilibreraient l‘économie allemande et profiteraient à toute la zone euro.

Les tensions entre Francfort et Berlin menacent de durer, alors que les économistes anticipent une extension de six mois du programme de rachat d’actifs de la BCE d’ici la fin de l’année.

Avec Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024