EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Politiques monétaires accommodantes : nouvelle salve de Schaüble

Politiques monétaires accommodantes : nouvelle salve de Schaüble
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A Washington pour l'assemblée générale du FMI, le ministre allemand des Finances a de nouveau pointé les risques liés aux taux plancher et aux rachats d'actifs par les banques centrales.

PUBLICITÉ

Christine Lagarde a apporté de l’eau au moulin de Wolfgang Schaüble dans sa critique de la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

A Washington pour l’assemblée générale du Fonds monétaire international, le ministre allemand des Finances a pris pour témoin la patronne du FMI afin d’adresser une nouvelle salve aux sages de Francfort.

Si même le FMI met en garde contre les conséquences des politiques monétaires ultra-accommodantes, on peut espérer que peut-être on prendra enfin au sérieux ce que ne cesse de répéter la Banque des règlements internationaux : l’endettement mondial et les politiques monétaires accommodantes sont sûrement les pires risques auxquels nous faisons face“, a déclaré le ministre allemand.

Refusant d‘évoquer la Deutsche Bank, Wolfgang Schäuble a toutefois tancé Christine Lagarde pour avoir appelé la principale banque allemande à se restructurer et à s’entendre au plus vite avec la justice américaine. Celle-ci lui réclame une amende record de 14 milliards de dollars pour régler un contentieux lié à la crise des subprime.

L’affaire a fait dévisser l’action Deutsche Bank faisant redouter une faillite aux répercussions mondiales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage